Actualité

Le meilleur de TEDx Bruxelles

Voici les moments forts de TEDx Bruxelles, qui s’est tenu en octobre.

Dans l’ensemble, le cru 2013 de TEDx Bruxelles était particulièrement bon. Les organisateurs ont aligné une brochette d’intervenants passionnants et pour certains en parfaite adéquation avec le thème « Ex nihilo ».

La création à partir de rien a pu ainsi être déclinée sur différents domaines :

Le Dr Mark Post (@CulturedBeef) a présenté ses travaux d’élaboration de « viande in vitro » à partir de cellules souches et la production (artisanale et particulièrement coûteuse) du premier hamburger développé en laboratoire:

James Monsees (@james_monsees),  réfléchit quant à lui à l’optimisation des navettes spatiales avec la création d’imprimantes 3D à zéro gravité. A terme, celles-ci permettraient d’éliminer les milliers de pièces de rechange embarquées. Et pour reprendre sa métaphore, on pourrait à tout moment faire imprimer la pièce défectueuse par le simple envoi d’un e-mail à partir de la Terre à la capsule spatiale.

La création artistique à partir de zéro a pu aussi se faire devant un auditoire de 1500 personnes subjuguées : Amalya Delepierre (@amalyamusic), candidate de l’émission The Voice, a réalisé avec sa voix et des samples de différents instruments une création rythmée qui a emballé le palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Dans un thème connexe, Diana Riess, professeur de psychologie au Hunter College qui étudie l’intelligence chez les animaux, a fait part d’expériences stupéfiantes de dauphins qui se reconnaissent devant un miroir. Elle a aussi présenté un nouveau projet sur l’internet des espèces. Son postulat : “Si le net permet de connecter les hommes à travers le monde, ne peut-il pas aussi nous mettre en relation avec des dauphins ou d’autres espèces intelligentes ?”

Deux autres interventions ont retenu notre attention : la keynote avec Neelie Kroes (@NeelieKroesEU), vice-présidente de la Commission Européenne. Même si elle était décevante dans sa forme (un échange visiblement très préparé avec une des organisatrices de TEDx Bruxelles), l’intervention a permis à Madame Kraus de faire part de sa volonté de faire développer l’innovation Internet en Europe et de favoriser l’émergence d’acteurs qui pourraient à terme réduire la dépendance des mastodontes américains.

Elle a pour cela invité les fondateurs de grandes success stories européennes (notamment Skype, Spotify, Rovio, XING), pour leur poser la question : « Et si vous étiez à ma place, que feriez-vous ? » Ils ont demandé un temps de réflexion et ont livré, quelques mois plus tard, le « Manifeste pour l’entreprenariat et l’innovation pour le développement de la croissance dans l’Union Européenne » téléchargeable ici. Ce manifeste met en exergue cinq thématiques : l’éducation, l’accès aux talents, un accès facilité au capital, développement d’un leadership intellectuel et la protection des données et de la vie privée.

Nous conclurons par l’orateur qui a indéniablement obtenu tous les suffrages de cette session 2013 de TEDx Bruxelles : Mikko Hypponen (@mikko) Chief Research Officer chez F-secure. Dans son intervention, au titre évocateur : « Nous vivons dans un état de surveillance », Mikko Hypponen a démontré les énormes faiblesses de sécurité des deux principales révolutions technologiques de ces dernières décennies : Internet et le téléphone portable.

Son intervention a pu mettre en évidence la puissance des mécanismes de surveillance mis en place principalement par les Américains, qui portent une atteinte grave à la vie privée de millions de citoyens européens, tout en soulignant que la vie privée est à la base de la démocratie. Véritable plaidoyer indigné à l’encontre des pratiques des USA, Hypponen cite un autre chercheur en sécurité qui a déclaré que  … “les Etats-Unis traitaient Internet comme ils traiteraient l’une de leurs colonies. Nous sommes de retour à la colonisation, et nous, utilisateurs « étrangers » d’Internet devrions regarder les Américains comme des maîtres.” Les nombreux faits présentés se basaient largement sur les révélations d’Edward Snowden, à qui Hyponnen rend un vibrant hommage. Et d’ajouter : « Prétendre que les révélations de Snowden ont provoqué des dommages à l’industrie du logiciel et du cloud aux Etats-Unis équivaudrait à dire qu’Al Gore serait responsable du réchauffement climatique global. »

Hypponen recommande de basculer vers des systèmes gratuits, sécurisés et basés sur du logiciel libre. Et de conclure que « si chaque pays faisait l’effort, il créerait une vague qui, combinée à celles des autres pays, nous permettrait à tous de nous élever au-dessus de l’état de surveillance ».

Vidéo à voir absolument:

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le meilleur de TEDx Bruxelles
Uber
Uber prêt à racheter Free Now (Daimler/BMW) pour plus d’un milliard d’euros
Réseaux sociaux: Cédric O dénonce « l’opacité » des algorithmes et du système de modération
Covid-19: la révolution numérique pour préserver l’emploi?
Comment la crise a accéléré la transformation numérique des grands groupes bancaires
Couvre-feu: les taxis et VTC prévoient une baisse de l’activité encore plus forte dans les jours à venir
Vélos, trottinettes, scooters…: la mobilité partagée se démocratise dans les grandes villes françaises