ActualitéTech

Le secteur mondial du jeu vidéo en hausse de 6% à 53,1 milliards d’euros en 2013

Le marché global, tous supports confondus, devrait augmenter de 6,7% par an jusqu’en 2016, pour atteindre à cette date un CA de 65 milliards d’euros.

Dans un rapport dévoilé hier, l’analyste néerlandais Newzoo met en avant les profondes mutations du marché, avec la poussée des jeux mobiles face aux supports historiques PCs et consoles. Le taux de croissance annuel moyen des jeux smartphones et tablettes devrait ainsi être de respectivement 18,8 et 47,6%, tandis que les jeux PCs (-6,4%), consoles portatives (-15%) et consoles de salon (+3,5%) sont à la peine.Les jeux massivement multijoueurs en ligne vont eux connaître une croissance annuelle de l’ordre de 10%.

En 2016, les jeux sur supports mobiles représenteront ainsi 28% du marché, soit plus du double d’aujourd’hui.

L’étude révèle également que le nombre de joueurs devrait passer de 1,21 milliard à 1,55 milliard en 2016.

Au niveau régional, les plus fortes croissances se situent en Asie et en Amérique Latine (+11%) tandis que les marchés nord-américain et européen sont en retrait avec des hausses respectives de 2 et 4%. L’Asie reste le principal marché du jeu vidéo avec 36% de PdM, devant l’Amérique du Nord (32%), l’Europe / Afrique (28%) et l’Amérique du Sud (4%).

newzoo-data

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Le secteur mondial du jeu vidéo en hausse de 6% à 53,1 milliards d’euros en 2013
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link