ActualitéHR TechStartupTribune Libre

Les start-up françaises, un aimant à cerveaux… étrangers

Pour la plupart, la fuite des cerveaux en France est un désastre, pour certains c’est même une trahison. Et pourtant, elle pourrait être un atout majeur pour la France si on prenait le problème dans l’autre sens.

En effet, pourquoi la France ne serait-elle pas une destination de la fuite des cerveaux? Nous avons un pays avec beaucoup d’atouts: une qualité de vie extraordinaire (éducation, santé, congés…), une histoire et un savoir-faire très riche (architecture, musées, nourriture, vin, mode…), une économie forte (6ème économie mondiale) et une scène entrepreneuriale en pleine ébullition.

Bref, tout pour attirer des étrangers qualifiés qui sont déjà prêt à venir. Pourquoi avons-nous besoin d’étrangers qualifiés? Et bien parce que nous avons des manques pour certains talents. Nous ne formons pas assez d’ingénieurs par exemple, il faudrait en former 8500 de plus pour satisfaire la demande. De plus, avec la forte croissance des startups tech en France, l’écart va se creuser. L’initiative #ReviensLeon illustre parfaitement la situation mais tente uniquement de faire rentrer les talents Français partis à l’international, au lieu de profiter de ces talents étrangers, bien plus nombreux, qui ne rêvent que d’une chose: venir travailler en France. En effet, Paris est 3ème dans le classement mondiales des villes où les travailleurs souhaiteraient venir.

graphique1

Attirer des talents de l’étranger nous aiderait également à nourrir notre ambition: produire le prochain Google, Facebook et autres géants de la Tech. N’est-ce pas la parfaite occasion pour faire venir des profils qui ont contribué à la création de ces géants, des profils qui ne sont pas nécessairement nés en France?

Non seulement des profils internationaux très pointus aideraient nos entreprises à se développer à large échelle, mais ils permettraient en plus de pénétrer plus facilement les autres marchés. Au jour où les services et plateformes sont utilisés partout dans le monde, il est crucial de comprendre les différences culturelles des différents marchés mondiaux. Avoir une diversité culturelle au sein des employés est donc très importante.

DIVERSITY-matters

source: http://www.kpcb.com/internet-trends

Recruter à l’international était jusque maintenant un exercice complexe, mais avec des initiatives comme TechMeAbroad (plateforme dédiée au recrutement à l’étranger) et la simplification de l’obtention de visas de travail français pour les profils Tech, il n’y a plus vraiment d’excuse pour ne pas profiter de ce potentiel.

L’importation des talents est un important facteur de la réussite de la Silicon Valley, le modèle fonctionne et les entreprises de la Vallée règlement même une augmentation des quotas de visa. La France a toutes ses chances pour rester un acteur important de la scène économique mondiale et l’importation des talents sera un élément clé de l’équation.

 sylvain-kalacheSylvain Kalache est un développeur français installé à San Francisco. Il se consacre aujourd’hui au projet TechMeAbroad, qui accompagne les actifs souhaitant aller travailler dans le domaine de la Tech à l’étranger. Précédemment il a travaillé aux Etats-Unis au sein de Slideshare, Instaply et LinkedIn. Sylvain Kalache a aussi cofondé le réseau While42 avec Julien Barbier, un autre Français installé dans la Silicon Valley.

Twitter : @SylvainKalache                   sylvainkalache.com

Tags

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. Nan mais gros d’où t’as vu que la France abritait, je cite : « une qualité de vie extraordinaire (éducation, santé, congé) »

    Santé je veux bien, mais faut pas pousser le bouchon un peu trop loin Maurice.

Les start-up françaises, un aimant à cerveaux… étrangers
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link