ActualitéData Room

Startups en Grande-Bretagne : les offres d’emploi en hausse de 44%

Parmi les 4 753 postes recensés, les développeurs sont les plus demandés par les startups. Ils y gagnent en moyenne 17% de plus qu’ailleurs.

Les startups britanniques auraient déposé pas loin de 4 800 offres d’emplois à saisir au Royaume-Uni, soit une augmentation de 44% sur an an si l’on en croît une infographie publiée conjointement par le moteur de recherche Adzuna, qui recense entre autres les offres d’emploi disponibles au Royaume-Uni, et le site d’emploi spécialisé sur les startups Silicon MilkRoundAbout.

Parmi les 4 753 postes à pourvoir, les entreprises recherchent avant tout :

  • des développeurs (31%, soit 1473 annonces);
  • des marketers (24%, soit 1 141 annonces);
  • des responsables produits (12%, soit 570 annonces);

Les développeurs disposent d’un salaire en moyenne supérieur de 17% par rapport au niveau national alors que les responsables de produits y gagnent moins. Bien que les designers ne représentent que 8% de la demande, leur rémunération y est en moyenne 5% plus élevée.

 

UK-Tech-Job-Trends-2013-1

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. le titre est un peu trompeur, on pourrait croire « les dév britanniques sont mieux payés que les français », alors que c’est « les startups britanniques paient mieux leurs dévs que les autres boites britanniques »

Bouton retour en haut de la page
Startups en Grande-Bretagne : les offres d’emploi en hausse de 44%
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
[DECODE Quantum] À la rencontre de Frédéric Grosshans, co-directeur du Quantum Information Center Sorbonne
RH: Next Station lève 1,5 million d’euros pour favoriser le recrutement à l’étranger
Pixel 6: Google va-t-il enfin percer sur le marché des smartphones?
WeWork: deux ans après son échec retentissant en Bourse, le géant des bureaux partagés revient à Wall Street