ActualitéBusinessHR Tech

L’essor du télétravail pousse de plus en plus d’entreprises à adopter le « flex-office »

AFP

Finie la plante verte ou la photo du petit dernier posée sur le bureau: avec le développement du télétravail, les entreprises sont tentées de réduire leurs -coûteux- espaces et de passer au « flex-office », un système qui ne fait toutefois pas l’unanimité. Avec ce mode d’organisation qui se veut plus collaboratif, le salarié n’a en principe pas de place réservée. Un casier lui permet en général de stocker ses affaires personnelles et des espaces dédiés (salles de réunion, « bulles »…) de s’isoler. Déjà pratiqué – surtout en Île-de-France – depuis des années, le « flex-office » va souvent de pair avec le télétravail et un nombre de places inférieur au nombre de salariés.

Avec l’essor du travail à distance pour cause de Covid-19 et sachant que l’immobilier est le deuxième poste de dépense après la masse salariale, certains ont décidé de sauter le pas. Une PME parisienne dans la communication vient ainsi d’annoncer le regroupement de tous ses sites avec le « flex-office », rapporte un représentant du personnel à l’AFP. En contrepartie est négocié un nouvel accord de télétravail prévoyant des indemnités pour ceux qui ne viendraient plus au bureau. La direction met en avant une « modernisation » de l’organisation du travail, mais elle est « la grande gagnante » car « seul un tiers » des économies seront réinjectées dans l’entreprise, dit-il.

Suez a signé de son côté après le premier confinement un accord télétravail à hauteur de deux jours par semaine pour les métiers éligibles. « On s’est dit ‘bien évidemment, on ne peut pas conserver des mètres carrés très chers (…) inoccupés deux jours par semaine’ », explique à l’AFP la DRH, Isabelle Calvez. Le groupe a donc décidé de passer les 26 étages du siège à la Défense en « flex-office », pas pratiqué jusque-là. Il a rendu deux bâtiments loués, et la tour va passer de 2 200 à 3 000 personnes, avec 0,7 poste de travail par personne, un ratio « assez large », selon la DRH. L’idée est que les gens viennent au bureau « pour être ensemble », pas se « mettre dans un coin », dit-elle, mettant en avant l’aspect « collaboratif, convivial ». Elle assure que les salariés ont réagi positivement car c’est « la contrepartie d’un accord télétravail qu’ils attendaient ».

«Deux tiers des entreprises veulent accélérer leur recours au flex-office»

D’autres groupes qui pratiquaient déjà le « flex », devraient poursuivre le déploiement avec le renforcement du travail à distance, à l’instar de la Société Générale ou Stellantis (ex-PSA). Sur la base d’une étude menée en octobre, Flore Pradere du cabinet immobilier JLL estime qu’«aujourd’hui, deux tiers des entreprises veulent accélérer leur recours au flex-office ou l’adopter». Avant-crise, « les pics moyens d’occupation dans les bureaux étaient de l’ordre de 60% » et avec un à deux jours de télétravail, « on va arriver à moins de 50% », estime Rémi Calvayrac du même cabinet. Il note que dans les projets flex actuellement, le ratio est en moyenne de 0,6 poste par salarié contre 0,8 avant crise ce qui n’est « pas très agressif », les entreprises étant « prudentes » alors que « les forces vives sont fatiguées ».

Mais alors que l’engouement pour le télétravail s’est érodé après des mois de crise, certains mettent en garde. Pour la députée LREM Carole Grandjean, le télétravail ne doit pas devenir un moyen de « réduire les coûts de l’immobilier pour des chefs d’entreprise », au risque d’une « perte de sens » pour les salariés. Mais pour Fabrice Angei (CGT), les entreprises ne se priveront pas, ayant « toujours une arrière-pensée de faire des économies » avec le télétravail. Malgré le principe de réversibilité, il anticipe qu’elles feront du « surbooking ». Du côté des salariés, le flex-office n’a pas que des adeptes.

Sophie (prénom modifié), cadre dans le conseil, trouve « horrible » ce système qu’elle expérimente depuis décembre. Avant, « j’avais ma cafetière, plein de posters, une superbe plante » dans un bureau individuel, rapporte-t-elle. Désormais, elle a un casier où stocker essentiellement « un mug avec notre nom dessus » et à la fin de la journée, c’est le « clean desk », il faut tout enlever. Elle déplore surtout la dépersonnalisation: symboliquement « ça veut dire qu’on est interchangeables », « on est juste un casier ». Résultat, elle est « la plupart du temps » en télétravail.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
L’essor du télétravail pousse de plus en plus d’entreprises à adopter le « flex-office »
[Made in océan Indien] Covid-19: comment les marketplaces se sont multipliées sur l’île Maurice
FinTech: Klarna s’apprête à clôturer un tour de table à 1 milliard de dollars
Cédric O annonce un investissement de 2,3 millions d’euros pour soutenir les écosystèmes régionaux 
[DECODE Quantum] A la rencontre de Jacqueline Bloch, Directrice de Recherche au CNRS
Facebook vs. Apple: le réseau social joue la défense des pubs ciblées et des PME
Navettes autonomes: le groupe français Transdev s’allie à Mobileye (Intel) et Lohr