ActualitéBusinessMedia

[Libraire 2.0] Feedbooks finalise une première levée d’1 million d’euros

Libraire numérique indépendant, le français Feedbooks vient de boucler son premier tour de table d’1M € auprès d’A Plus Finance.

Fondée en 2007 à Paris par Hadrien Gardeur et Loïc Roussel, Feedbooks est une plateforme de téléchargements de livres numériques. La start-up s’est notamment démarquée par son service de publication et distribution en ligne indépendant, connecté à un large écosystème de systèmes de lecture et de réseaux sociaux, sans recours aux formats propriétaires. Feedbooks est également l’un des premiers libraires numériques à supporter le format EPUB, spécialement conçus pour les liseuses.

La plateforme revendique aujourd’hui un catalogue de 250 000 ouvrages et 3,5M de téléchargements par mois, dont 500 000 en France. Près de deux tiers de ses titres seraient distribués sur iPhone et Android, grâce au développement du protocole OPDS.

Ce premier tour de financement devrait permettre à Feedbooks de poursuivre son développement en renforçant ses équipes de libraires numériques, en charge d’assurer des sélections, de favoriser les découvertes et d’enrichir l’expérience des lecteurs. Présente en France et aux Etats-Unis, l’entreprise prévoit de se développer cette année sur d’autres territoires comme l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Libraire 2.0] Feedbooks finalise une première levée d’1 million d’euros
En 2021, la Cnil sera plus attentive à la sécurité des données personnelles confiées aux entreprises
Marketing: comment trouver des talents pour sa campagne publicitaire?
Désinformation sur les vaccins: Twitter bloquera les utilisateurs au bout de cinq rappels à l’ordre
Zoom: propulsée par le confinement, l’app de visioconférence se prédit un bel avenir
Le réseau social conservateur Gab piraté par des hackers militants
[Next40] Transformation des entrepôts: comment Exotec mise sur toujours plus de « logiciel »