ActualitéAmérique du nordCom

LinkedIn perd plus de 25% en Bourse et déçoit sur ses prévisions

Le cours de l'action LinkedIn a chuté de plus de 25% hier dans les échanges hors séance. En cause : la publication des résultats financiers du réseau social professionnel. Tout d'abord, la société fait état d'une perte nette de plus de 8 millions de dollars au quatrième trimestre de son exercice 2015, contre un bénéfice de 3 millions de dollars un an plus tôt à la même période (non-GAAP).

Le chiffre d'affaires a cependant atteint les 862 millions de dollars sur les trois derniers mois de l'année, contre 643 millions il y a un an. Un résultat pourtant en dessous de ce à quoi tablait les analystes.

Prévisions en dessous des attentes

Au final, LinkedIn boucle l'année 2015 sur un chiffre d'affaires de plus de 2,9 milliards de dollars, contre un peu plus de 2,2 milliards en 2014. Mais les pertes se sont fortement accentuées à 165 millions de dollars, contre 15 millions un an plus tôt.

Mais au-delà de ces résultats passés, ce sont aussi les projections de LinkedIn qui n'ont pas rassuré les marchés. Pour le premier trimestre de l'année en cours, le réseau social qui compte plus de 414 millions de membres dans le monde, table sur un chiffre d'affaires de 820 millions de dollars, et un bénéfice par action – l'un des indices de référence à Wall Street – de 0,55 dollar.

Inquiétude sur les valorisations

Enfin, pour l'ensemble de l'année 2016, LinkedIn prévoit un chiffre d'affaires compris entre 3,6 et 3,65 milliards de dollars. «Nous démarrons 2016 en mettant davantage l'accent sur les initiatives clés qui seront les moteurs de l'effet de levier de notre portefeuille de produits», a déclaré Jeff Weiner, le PDG. La société a par exemple annoncé hier le rachat de Connectifier, une start-up spécialisée dans le matching entre recruteurs et candidats, pour un montant non communiqué.

Au-delà de LinkedIn, de nombreux analystes émettent des inquiétudes sur les valorisations de plusieurs des entreprises de la Tech. C'est par exemple le cas de GoPro ou même de la plateforme américaine de prêts LendingClub.

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This