ActualitéAmérique du nordFonds d'investissementInvestissements

General Catalyst, 845 millions de dollars pour apporter du fuel à ses investissements

General Catalyst annonce avoir levé 845 millions de dollars (754,1 millions d'euros) pour deux de ses fonds : General Catalyst Group VIII et General Catalyst Group VIII Supplemental, ce dernier ayant vocation à investir dans les start-up où l'entreprise a déjà des participations. Une opération qui porte à 3,75 milliards de dollars les montants réunis par la société de capital-risque.

Par le passé, General Catalyst a notamment investi dans Airbnb, Snapchat, dans le site d'e-commerce Jet, ou encore le spécialiste des transactions Stripe. Il a également investi dans le comparateur de vols et de voyages Kayak ou encore dans la plateforme d'e-commerce Demandware.

«Avec des bureaux à Boston, Palo Alto et New York, nous avons construit une présence active dans épicentres de l'innovation, mais nous sommes aussi bien préparés à suivre des entrepreneurs ambitieux et intelligents partout où ils peuvent nous conduire», déclare General Catalyst. Récemment, la société de capital-risque américaine a recruté Phil Libin, le fondateur d'Evernote, parmi ses managing director.

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
General Catalyst, 845 millions de dollars pour apporter du fuel à ses investissements
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?