ActualitéTech

Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Les réseaux sociaux et plateformes en ligne ont pris de bonnes mesures contre les infox mais doivent être plus transparents et efficaces, juge le CSA jeudi dans un rapport inédit sur la lutte contre les infox. Google, Facebook, Snapchat, Twitter, LinkedIn, Microsoft, JeuxVideo.com, Dailymotion, Doctissimo ou encore Wikipedia ont répondu aux questions du Conseil supérieur de l’audiovisuel qui publie jeudi ce tour d’horizon dans ce rapport de 87 pages. Le CSA constate « d’une manière générale » que « les opérateurs se sont saisis de l’enjeu de la lutte contre la diffusion de fausses informations, en suivant plusieurs de ses recommandations« . « Néanmoins, ces mesures doivent encore être approfondies« , souligne le Conseil.

Des dispositifs à simplifier

Tous les opérateurs ont mis en place des dispositifs de signalement des infox mais ces dispositifs pourraient être simplifiés. Et les utilisateurs restent peu informés sur les suites de la procédure. Par ailleurs, les opérateurs n’ont pas donné assez d’informations concernant le traitement de ces signalements et les « moyens humains » qu’ils y consacrent, empêchant le CSA « d’apprécier pleinement la portée des moyens mis en oeuvre pour répondre aux objectifs de la loi« . « Les informations fournies sont, sur certains points, évasives (à quelques exceptions près, comme Facebook)« , constate le CSA. « Pour justifier ce choix, certains font valoir la nécessité de protéger les équipes de modération. Si la taille des effectifs est un élément plutôt renseigné par les opérateurs, des éléments précis n’ont pas toujours été donnés sur la formation des modérateurs et l’organisation du travail. Or, ces informations garantissent la transparence et l’équité des procédures« .

La loi contre la manipulation de l’information, adoptée fin 2018, vise à endiguer la diffusion d’infox durant les campagnes électorales. Elle prévoit que les plateformes en ligne prennent des mesures contre les infox, notamment en mettant en place des dispositifs de signalement, et les oblige à rendre compte de leurs efforts au CSA dans une déclaration annuelle.

Une transparence accrue demandée

Le CSA demande également une « transparence accrue » concernant les algorithmes qui repèrent les infox. Il encourage les opérateurs à s’engager davantage dans l’éducation à l’information et à renforcer leurs partenariats avec des médias. La grande majorité des plateformes n’ont pas précisé non plus « les mesures permettant aux contenus sponsorisés de gagner en visibilité, qui sont au coeur de leur modèle économique » mais peuvent aussi diffuser des informations trompeuses. Le Conseil les appelle à prendre des mesures pour démonétiser des pages propageant des fausses informations. Le CSA souhaite que les voies de recours face à une décision des opérateurs soient plus « claires, exhaustives et transparentes« . Les utilisateurs ne peuvent être responsabilisés que si « le cadre dans lequel s’exerce leur liberté » est « équilibré et prévisible« , souligne-t-il.

Bouton retour en haut de la page
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
[Nominations] Similarweb, Serena, Ogury, LinkCy… les nominations de la semaine
La FinTech britannique Checkout rachète le Français Ubble
La Cnil presque débordée en 2021, « une année sans précédent »
[Série A] Blockchain : Arianee lève 20 millions d’euros auprès de Tiger Global
PropTech : Garantme rachète Loumi pour compléter son offre dédiée aux agences immobilières
Taxis volants : la Silicon Valley s’active pour les déployer d’ici dix ans
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media