A la uneActualitéTransport

Lyft cherche à lever 500 millions de dollars pour accélérer

Le montant

Lyft est en passe de boucler sa huitième levée de fonds depuis sa création en 2007 à San Francisco. La société d’autopartage, concurrente de Uber aux Etats-Unis, cherche à lever 500 millions de dollars et serait dans le dernier round des négociations. En septembre dernier, l’Américain avait déjà bouclé une levée de 100 millions de dollars auprès du Chinois Didi Kuaidi, qui n’est autre que le grand rival de Uber sur les marchés asiatiques. Si il est finalisé, ce tour de table portera la valorisation de la société à 4 milliards de dollars, contre 2,5 milliards de dollars actuellement.

Le marché

Le concept, au croisement de services tels que Uber, les taxis, et Blablacar, implique uniquement des particuliers.

En septembre 2014, pour ne pas se laisser distancer par Uber, la société rachetait Hitch, un autre concurrent à San Francisco. Lyft est aujourd’hui présente dans 200 villes uniquement aux Etats-Unis, contre 300 villes dans 65 pays pour Uber. Avec le Chinois Didi Kuaidi, il a également noué un partenariat.

Dans le secteur de l’autopartage, les valorisations s’envolent. L’Indien Ola a atteint 5 milliards de dollars de valorisation. L’Américain Uber se situe, lui, à une valorisation entre 50 et 70 milliards de dollars, faisant de lui la start-up non côtée la plus valorisée au monde. En mars 2015, Lyft levait 530 millions de dollars, dont 300 auprès du Japonais Rakuten qui prenait 11,9% des parts de la société.

Les objectifs de la Start-up

L’enjeu est d’aller aussi vite qu’Uber et que les autres acteurs du secteur sur le rythme des levées de fonds. Avec cette annonce conséquente, rapportée par le New York Times, Lyft entend aussi améliorer son déficit de notoriété, quand le leader Uber fait régulièrement la Une des médias.

Bouton retour en haut de la page
Lyft cherche à lever 500 millions de dollars pour accélérer
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya