ActualitéArts et Culture

[Mesure anti-Amazon] Guillaume Decitre: « Le problème, c’est la distorsion de concurrence »

Les députés ont approuvé à la majorité la fin de la gratuité des frais de port sur les livres vendus en ligne, cumulée à la remise de 5%. 

Souvenez-vous: en 2008, la Cour de Cassation validait la gratuité des frais de port pour les marchands de livres en ligne. A l’époque, le Syndicat National du Livre ( SNL) avait maintenu un forte pression sur les pouvoirs publics, faisant valoir la loi sur le prix unique du livre de 1982 pour résister à la concurrence de la grande distribution. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Une majorité de députés a voté le projet de loi des députés UMP Christian Jacob, Christian Kert, Hervé Gaymard et Guy Geoffroy, qui propose de ne plus cumuler la gratuité des frais de port et la remise autorisée de 5%. Amazon, le plus grand « magasin » de livres neufs et d’occasion sur le web est, entre autres, visé par cette nouvelle disposition. Le projet sera soumis au Sénat pour validation et mise en exécution en janvier 2014.

De son côté, Amazon déplore: « Toute mesure visant à augmenter le prix du livre pénaliserait d’abord le pouvoir d’achat des Français et créerait une discrimination pour le consommateur sur internet » a déclaré le leader des ventes en ligne de livres, interrogé par l’AFP.

Pour la Fnac, « cette proposition de loi «ne résout pas le problème auquel elle essayait de répondre, la distortion de concurrence, et aura pour effet de renchérir le prix des livres. Et ces mesures seront difficilement applicables», selon Laurent Glépin, son directeur de la communication interrogé par Libération.

Decitre est le 3ème plus gros vendeur de livres, avec 6 millions d’ouvrages par an. Les réactions de Guillaume Decitre, son PDG, évoque aussi une distorsion de concurrence de longue date, que le projet de loi à l’étude aujourd’hui ne résout pas.

FW: Que pensez-vous de cette mesure ?

Guillaume Decitre: La mesure n’est pas encore confirmée, on attend que le Sénat se prononce. Ceci dit, cela fait plusieurs années qu’on alerte les pouvoirs publics, sur une distorsion de concurrence. Cette distorsion est liée au fait qu’Amazon paie très peu d’impôts et de TVA en France, par rapport à son volume d’affaire, grâce à des montages sophistiqués, entre la France et d’autres pays Europe. Par ailleurs Les pouvoirs publics financent directement certains de leurs emplois au travers de subventions, comme quand Arnaud Montebourg accueille un entrepôt Amazon dans sa circonscription, le site touche une prime à l’embauche de 1000 à 6000 euros pour chaque salarié et on lui construit une bretelle d’autoroute…

Livre

FW : Comment pensez-vous qu’Amazon va réagir ?

G.D: Je ne sais pas exactement, mais il est probable qu’Amazon réponde. Ils risquent fort de réagir…

FW : Quelles sont vos conditions de remise et de livraison actuelles ?

G.D: Nous appliquons la gratuité de la livraison à partir de 20 euros en relais colis et 35 euros en colissimo.

FW: Quel serait l’impact sur vos activités e-commerce si la mesure se confirme ?

G.D: Pour l’instant nous attendons que le texte soit étudié au Sénat. Après nous verrons…

 

  • 3ème plus gros vendeur de livres en France
  • Activité en cross-canal : réseau de librairies, bibliothèques, et e-commerce
  • 6 millions de livres par an, internet est le plus gros canal de vente
  • 20% : Grandes surfaces alimentaires (Leclerc, Auchan)
  • 25%: Grandes surfaces dédiées à la culture (Fnac, Cultura)
  • 20%:  Librairies indépendantes ( 3 500 librairies traditionnelles)
  • 10%: Vente en ligne ( Amazon, Fnac, Decitre…)
Tags

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

24 commentaires

[Mesure anti-Amazon] Guillaume Decitre: « Le problème, c’est la distorsion de concurrence »
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link