ActualitéRetail & eCommerceStartup du jourTransport

La startup du jour: TripnDrive, louez votre voiture au lieu de la laisser au parking

Chaque jour, FrenchWeb met en avant une nouvelle startup, et en sélectionne une chaque semaine, pour être la startup de la semaine dans l’émission de l’atelier BNP Paribas sur BFM Radio. Vous êtes le fondateur d’une startup de moins de 2 ans, dont nous n’avons jamais parlé? Faites vous connaître!

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir TripnDrive, une startup qui vient tout juste de lancer son service. TripnDrive s’inscrit dans la « Sharing economy » en proposant un service de location de voiture individuelle. Explications avec son co-fondateur, Arthur de Keyzer :

FW: Comment avez vous eu l’idée de votre société ?

Arthur de Keyzer: L’idée nous est venue en janvier dernier. Je rentrais d’un déplacement pro et j’allais dîner chez des amis. En discutant avec l’un d’eux, je découvre qu’on s’était croisé, moi rentrant de Berlin, lui partant pour Barcelone. Il avait laissé sa voiture au parking de l’aéroport, et moi j’en ai payé une chez un loueur. Tout aurait été plus simple si j’avais pu emprunter sa voiture, et il y avait forcément un moyen de répondre à cette situation absurde qui se répète des centaines de fois tous les jours, Tripndrive était né.

FW: A quel besoin apportez vous une réponse?

Arthur de Keyzer: Nous sommes partis d’un constat simple : tous les jours, des milliers de voyageurs prennent l’avion et paient environ 30 € par jour pour laisser leur voiture au parking. Au même moment, dans le même aéroport, d’autres milliers de voyageurs paient en moyenne 70 € par jour pour louer une voiture. Une situation absurde et peu économique dans un contexte de crise, pas écologique et individualiste alors que partager, c’est tellement plus sympa !

On permet donc aux voyageurs de partager les voitures garées à l’aéroport, en proposant une solution économique et pratique.

FW: Qui sont vos compétiteurs?

Arthur de Keyzer: Ce sont évidemment les loueurs traditionnels (Avis, Europcar, etc.), mais nous proposons des tarifs jusqu’à 60% moins chers chez Tripndrive puisque nous ne possédons pas de flotte automobile mais utilisons les voitures de nos voyageurs.

FW: A quoi ou quelles sociétés vous compare t-on par erreur?

Arthur de Keyzer: C’est rare, mais la confusion peut se faire avec un site de location entre particuliers. La grande différence c’est que nous sommes plus qu’un site web : nous offrons le service d’un loueur traditionnel pour le prix d’une location entre particulier.

FW: Quelle a été l’une des 1ere problématiques dans votre développement, et comment y avez vous fait face?

Arthur de Keyzer: Notre première préoccupation fut de s’installer sur un parking qui soit le plus proche de l’aéroport et le plus pratique pour nos voyageurs afin de garantir une qualité de service élevée. Aujourd’hui, nous sommes à 5 minutes chrono des terminaux grâce à notre partenaire Parcorly.

FW: Sur ce marché, quel est votre principal atout?

Arthur de Keyzer: L’envie de révolutionner un marché peu innovant en faisant entrer le modèle de la consommation collaborative dans les aéroports. Nous ne possédons pas de flotte automobile, mais nous nous construisons grâce aux voyageurs pour les voyageurs.

FW: Quel est le meilleur conseil que l’on vous ai donné et par qui ?

Arthur de Keyzer: « Ne cherchez surtout pas à être « scalable » au début, mais chouchoutez votre premier client. C’est ça le plus important », un entrepreneur dont le nom m’échappe mais dont les mots nous ont guidés pour le lancement.

FW: Qui est la personnalité que vous admirez le plus?

Arthur de Keyzer: Dans le domaine du business, c’est sans doute Steve Jobs pour sa créativité, son exigence, et son souci de l’expérience utilisateur.

FW: Merci Arthur

Tags

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.

62 commentaires

  1. Un projet innovant, surtout que j’ai déjà personnellement eu à faire à ce genre de problématique lors d’un voyage aux USA. Que faire de ma voiture pendant mon absence ? La laisser sur le parking ? Si votre service avait existé à l’époque, je l’aurais certainement utilisé. En tout cas, j’y penserai pour la prochaine fois ;-) !  
    L’interview fait plaisir à lire. Et pour ce qui est de Steve Jobs dans le domaine du business, je suis tout à fait d’accord, c’est aussi pour moi l’exemple à suivre.

  2. Cela me fait penser à Relayride. J’avais assisté à une conf d’André Haddad à Stanford sur ce point. Mais la mise en application est diffèrente. En tout cas, Super concept. Bravo

  3. Steve jobs, comme c’est original… Idée sympa sur le papiers, mais dans la vraie vie… bof. Je prends l’avion 3-4 fois par mois, et pour moi, c’est tout vu: taxi. Se galérer à parker la voiture, effectivement, non merci. Mais prendre la voiture d’un particulier, non plus. Quand on prend l’avion, malheureusement, « à 5min du terminal » ne suffit pas.
    Bonne chance tout de même – en espérant que d’autres y voient un intérêt.

  4. chandradekrio C’est comme Lyft et Uber mais plus specifique a l’aeroport voyageurs?

  5. Idée géniale ! Le problème de la location entre particuliers telle qu’elle existe actuellement, c’est que « l’expérience utilisateur » pour le propriétaire est lourde, ce qui pour moi est un frein au développement de ces services.
    Ici on confie sa voiture à des professionnels, et dans le pire des cas le parking ne nous coûte rien.
    A un moment je me demandais comment rentabiliser tous ces véhicules qui restent toute la journée sur les parkings des entreprises, mais les parkings de gare ou d’aéroport sont plus appropriés car il y a plus de brassage.

La startup du jour: TripnDrive, louez votre voiture au lieu de la laisser au parking
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link