ActualitéManagement

[Mouvement] Mario Rizzo, nouveau CEO de Kobojo et féru de jeux vidéo depuis ses 4 ans

Sponsor-Urban-Linker

« Je suis comme un coach pour les équipes », explique en souriant Mario Rizzo, récemment nommé CEO de Kobojo, éditeur français de jeux vidéo. Agé de 36 ans, il reprend ainsi les rênes de Franck Tetzlaff, co-fondateur et ancien PDG, passé au conseil d’administration du studio début 2013.

D’origine guatémaltèque via son père, Mario grandit en Californie à San Diego à quelques kilomètres de la frontière mexicaine et tombe dans le monde des jeux vidéo dès l’âge de 4 ans. « C’est avec mon grand père que j’ai découvert cet univers » se souvient-il, avant de poursuivre : « Les jeux vidéo me permettent de prendre un certain contrôle sur les histoires ».

Mario oriente ainsi rapidement sa carrière vers sa passion. Après avoir suivi une formation au San Francisco Art Institute, il occupe des postes de direction chez Electronic Arts, Sony Online Entertainment et Realtime Worlds. Il se retrouve ensuite à la tête du département Free-to-Play aux studios Ubisoft Worldwide, où il gère l’équipe free-to-play centrale et participe au développement des studios Ubisoft à travers le monde.

« Il n’y a qu’en France où je me sens comme à la maison »

Si Mario décide de rejoindre les équipes parisiennes de Kobojo en mars dernier, c’est surtout pour la dimension très artistique de sa mission. « Dans les grosses structures ce qui importe c’est de dégager du business. Ici l’accent est vraiment porté sur la créativité. C’est un lieu exceptionnel pour créer des jeux vidéo » Mario l’avoue aussi, la perspective de rester vivre à Paris compte pour beaucoup : « Ça fait près de 10 ans que j’ai quitté les Etats-Unis. Depuis, j’ai vécu au Royaume-Uni et en Allemagne mais il n’y a qu’en France où je me sens comme à la maison ».

Notre féru de jeux vidéo arrive, en outre, à un moment stratégique dans la vie de l’entreprise créée en 2008. Le studio s’apprête, en effet, à lancer son prochain titre mid-core baptisé « Mutants: Genetic Gladiators ». Développé autour d’un modèle free-to-play, le nouveau jeu multiplateformes fera ses débuts sur Facebook cet été, puis peu après sur mobile. A quelques jours du lancement et après de nombreuses nuits de travail, Mario reconnaît une certaine nervosité, et pour cause : la société compte bien doubler le montant de ses revenus grâce à cette nouveauté. Si Kobojo ne communique pas sur le montant exact de son chiffre d’affaires, l’éditeur affirme avoir déjà séduit plus de 50 millions d’utilisateurs grâce à différents titres dont Goobox, Pyramid Valley et Atlantis Fantasy.

  • Un centre d’intérêt ? La box anglaise
  • Une chanson en particulier ? La camisa negra
  • Un livre remarquable ? Confessions of an Advertising Man, de David Ogilvy. Publié pour la première fois en 1963, ce best seller était considéré comme une véritable bible pour les professionnels de la publicité des années 60.
  • Côté cinéma ? After the Wedding, un film danois réalisé par  et sorti en 2007.
  • Une citation qui reflète votre façon de travailler ? « We are just an advanced breed of monkeys on a minor planet of a very average star. But we can understand the Universe. That makes us something very special »

Sponsor-Urban-Linker

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This