ActualitéMedia

MySkreen : « Organiser le marché de l’offre légale »

Positionné au départ comme une plateforme de rediffusion de programmes en VOD, MySkreen est aujourd’hui un guide de programmes personnalisable, qui intègre replay, VOD, et contenus web et TV. Depuis ce re-positionnement il y a 6 mois, MySkreen revendique 1 million d’utilisateurs. Son objectif : accompagner le développement de la télévision sur le net sur tous les supports : TV connectée, mobile, et récemment la Google TV, avec laquelle MySkreen a conclu un partenariat.

Frédéric Sitterlé est fondateur de Sport24 qu’il revend au Figaro en 2006. Il prendra le titre de Directeur des Nouveaux Médias du groupe média avant de fonder MySkreen en 2008. Ce dernier se donne aujourd’hui pour mission d’orienter l’offre légale en vidéo, une initative que MySkreen a prise dès le début :  « Nous avons toujours pensé que la lutte contre le piratage passait par une offre légale riche, simple d’accès et au prix le plus juste. »

Entretien avec Frédéric Sitterlé, fondateur de MySkreen

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Bonjour,

    Quand vous dites 1 million d’utilisateurs, de quoi parlez-vous ?

    Car enregistré Facebook environ 3000.

    merci

  2. Myskreen annonce 1 million d’utilisateurs ? A une époque il en revendiquait 20 millions je crois (époque Grand Emprunt…). Mais son audience Médiamétrie/Nielsen est de …. 242 000 visiteurs uniques

Bouton retour en haut de la page
MySkreen : « Organiser le marché de l’offre légale »
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État
Live shopping: qui est Whatnot, la nouvelle licorne californienne financée par Google, a16z et Y Combinator?
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence