ActualitéBusiness

[Nécro 2.0] Quand le web s’empare du business de la mort

A l’approche de la Toussaint, les communiqués de presse présentant de nouveaux services funéraires en ligne tendent à plomber nos boîtes mails… Pourtant, cette tendance n’est pas si nouvelle. Connu pour être un marché très juteux, le business de la mort n’a pas hésité à partir à l’assault du web pour exploiter davantage le filon du funéraire.

E-obseques.fr, Tombe.fr, I-postmortem, Jardin-du-souvenir, Meilleures-assurances-décès.com, Dansnoscoeurs.fr…. Depuis quelques mois, les sites spécialisés fleurissent sur la toile. Dernier acteur en date, avec la start-up Meminis, fondée par deux ex-Chanel et Maclaren. La société s’est spécialisée dans la vente d’urnes funéraires « haut de gamme », dotées d’un système de clé en argent qui permet à la fois de verrouiller l’urne « de manière symbolique et qu’ensuite la famille conserve et peut porter en bijou ».

Avec un chiffre d’affaires annuel estimé à 5 milliards €, le business du funéraire chercherait donc à booster encore davantage ses revenus en investissant les pixels du web. Difficile toutefois de déterminer quel service arrive à tirer son épingle du jeu. Réseaux sociaux, cimetières virtuels, héritage en ligne, streaming vidéo, sites d’informations…. Voici un tour d’horizon (non exhaustif) des différents services proposés, plus ou moins farfelus et porteurs.

Les réseaux sociaux

Présenté comme un réseau social « apprécié des familles » le site Dansnoscoeurs.fr vise à offrir un panel de services aux proches des défunts. Le site permet la publication des avis et la création d’espaces permettant de prolonger et de transmettre de façon interactive et en ligne des souvenirs, des témoignages, des condoléances. A l’image de murs présents sur de nombreux réseaux sociaux, les « mémoriaux » sont donc des espaces en ligne, publics ou privés, où les membres ayant connus une même personne peuvent être mis en relation pour témoigner. Ces espaces « défunt » permettent également à la famille de gérer différentes actions comme l’envoi de fleurs, l’entretien de sépultures ou encore la création d’albums souvenirs en ligne.

Reposant sur un modèle freemium, le service est gratuit les 15 premiers jours de son utilisation. Après ce délai, l’hébergement est facturé 25 € pour un an ou 50 € les 3 ans. La plateforme n’hésite pas non plus à commercialiser des bougies virtuelles…

Lancé en novembre 2009, Dansnoscoeurs.fr revendique aujourd’hui près de 800 annonces publiées quotidiennement. Pour cela, le site s’appuie sur près de 23 titres de presse régional actionnaires, qui transmettent directement au site les avis publiés dans leurs pages.

Sur le même secteur on retrouve par exemple la plateforme condoléances.com 

Les cimetières virtuels

La société i-Postmortem a, elle, poussé le concept encore plus loin en mettant au point un véritable cimetière virtuel mondial. Basée à Palo Alto, la start-up propose ainsi aux internautes de créer des tombes numériques éternelles depuis son service i-tomb.net. Sur la page d’accueil, les utilisateurs tombent alors sur une sorte de galaxie où chaque icône représente une tombe. La plateforme propose ainsi aux proches de déposer et de découvrir un tas de fichiers multimédias concernant le défunt : textes, photos, vidéos, fichiers audios etc. Ce cimetière 2.0 n’est bien évident pas gratuit et la création de chaque e-tombe coûte à l’internaute 19,99 € par an.

Dans le même créneau, le site Jardindusouvenir.fr se présente également comme un cimetière virtuel. Outre une véritable atmosphère de cimetière (jardins, tombes, etc) le site ne se cache pas de tout aspect commercial et propose ainsi aux internautes d’acheter des « présents » au défunt par l’intermédiaire de « l’espace boutique ». Les proches peuvent ainsi déposer des fleurs, des plaques ou encore des bougies virtuelles.

Les sites de devis

Fondée en 2010 par Charles Simpson, la société Senior Media s’est spécialisée dans les services funéraires en ligne. Meilleurs Marbiers, Pierretombale.com, Obsèques infos, Allo Pompes funèbres… En deux ans d’existence, la société compte déjà à son actif une quinzaine de sites liés à cette activité. Surfant sur la vague des « silver surfers », Senior Media s’est donc principalement inscrit dans une logique d’information, permettant aux internautes, plus ou moins âgés, de se renseigner et de comparer les offres des différents services disponibles. « Parmi nos lecteurs, on compte 8 à 10% d’internautes âgés de plus de 80 ans. Le coeur de notre cible est, lui, constitué de personnes âgées de 60 à 70 ans », précise Charles Simpson.

Pour se démarquer de la concurrence, la société Senior Media met donc l’accent sur une navigation « senior friendly » simple et optimisée. La part belle est également faite au service client : « Chaque demande est aujourd’hui validée au téléphone » explique Charles. La société accorde enfin une très grande importance au SEO pour tirer son épingle du jeu. Une stratégie qui semble porter ses fruits. Après une levée de fonds réalisée auprès d’Oleg Tscheltzoff, Senior Media compte actuellement une douzaine de salariés et revendique 3 à 5000 demandes de devis par mois. La société vient d’ailleurs de lancer une nouvelle plateforme baptisée Meilleures-assurances-décès.com

Sur le même secteur, on retrouve également les sites comitam-obseques.comLeFuneraire.com ou encore iquietis.com.

L’organisation de funérailles en ligne

Au-delà des devis, la plateforme e-obsèques.fr, permet quant à elle d’organiser intégralement les funérailles d’un défunt en ligne, sans se déplacer. S’appuyant à l’origine sur une agence physique de pompes funèbres, la société compte aujourd’hui une vingtaine d’employés. Active sur toute la France, l’agence en ligne dirigée par Jérémie Boero organiserait 20 à 25 funérailles chaque semaine.

La mairie de Paris s’est également lancée sur le même créneau depuis peu avec la plateforme i-obseques-paris.fr.

La diffusion live de cérémonies en streaming vidéo

Initialement positionné sur le concept de cimetière virtuel, le site memoiresdevies.com vient de lancer un tout nouveau service, proposant une diffusion live streamée des cérémonies funéraires. Eric Fauveau, à l’origine de ce nouveau concept, explique que la société composée de 3 salariées vient de nouer 3 premiers partenariats avec les crématoriums de Paris. D’autres seraient en cours de négociations. Contrairement aux retransmissions en direct des événements sportifs ou autres sur Youtube et Dailymotion, Memoiresdevies.com assure bien entendu une véritable confidentialité de ces opérations.

Dédié à toutes les personnes ne pouvant se déplacer lors de cérémonies funéraires (pour des raisons économiques, physiques, géographiques…), Eric Fauveau semble répondre ici à une véritable demande. L’entrepreneur aurait peut être donc déniché « le nouveau concept qui tue »…

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

15 thoughts on “[Nécro 2.0] Quand le web s’empare du business de la mort”

  1. bonjour

    Dommage que notre portail n’ait pas été mentionné.
    http://www.alloleciel.Fr est né il y a maintenant 10 mois et compte aujourd’hui plus de 120 000 visiteurs/mois.
    Portail communautaire qui traite de la fin de vie, des obsèques et du deuil. Projet qui traite du sujet dans sa globalité et ne se positionne pas sur un marché niche précis (cimetière virtuel, annonces de décès…)
    Projet lancé en 2011 par virginie PONS (ex appartager.com et vivastreet.fr.

  2. Bonjour,

    Merci d’avoir reparle d’I-TOMB.NET dans votre chronique.

    I-tomb.net a attire enormément d’interte en 2012 et je voulais attirer votre attention sur notre nouveau produit

    http://www.Lifekeep.com et son application IOS Lifekeep que nous avons lance le 17 septembre 2012.

    Lifekeep est un life management tool et social network securise du Web 4.0 qui integre completement toutes les fonctionnalites de l’After-Me développée pour I-Tomb.net.

    Ravi de vous en parler a l’occasion de la toussaint et du buzz sur la securite des social Networks comme nous l’avions fait l’an dernier.

    checkez notre page Facebook http://www.facebook.com/lifekeepcom

    vous pouvez me contacter sur mon mail

    Jacques Mechelany
    CEO

  3. Bonjour

    Quel dommage de ne pas avoir cité le seul portail indépendant et gratuit qui traite de la fin de vie, des obsèques et du deuil.

    http://www.alloleciel.fr a été lancé par virginie PONS (ex appartager.com, vivastreet.fr)il y a 10 mois et compte aujourd’hui 120 000 visiteurs mois.

    La mort est codifiée, dénaturée, expédiée de nos jours; notre volonté est de rendre à la mort sa juste place dans la vie pour que chacun puisse mieux vivre son quotidien. Mais aussi donner des informations utiles, des contacts pratiques…

    Un portail qui « brasse » large où tout le monde peut s’exprimer en toute liberté.

  4. Bonjour,

    Je suis Cédric Marchal, créateur du service de mémorial en ligne http://www.ParadisBlanc.com.

    Je m’étonne que vous ne citiez pas Paradis Blanc parmi les service de « Cimetière Virtuel ». Après un an d’existence, nous avons déjà plus de 3200 membres qui commémorent leurs défunts tous les jours, à travers la publication d’hommages, photos, vidéos, bougies…

    Sur ce type de service, Paradis Blanc est vraisemblablement le service français ayant la communauté de membre la plus active.

  5. Bonjour,
    L’exhaustivité est difficile mais pour les internautes intéressés par le secteur, vous pouvez trouver en suivant le lien ci-dessous le panorama (hors entreprise de pompes funèbres et fournisseurs du secteur) d’internet et du funéraire.
    http://www.funeraire-info.fr/internet-et-le-funeraire-le-panorama-a-la-toussaint-2012-5461/

    Si nous vous avons oublié, prenez contact avec nous et nous rectifierons note liste :)
    Très bonne journée à toutes et tous
    Eric (Editeur de memoiredesvies.com)

  6. Autre oubli dans votre article ;
    le site portail de l’information nécrologique en France ;

    En effet “avis-de-deces.net” offre depuis 4 ans, aux professionnels
    et aux familles tous les services utiles en matière d’information funéraire.

    Il vous permet de retrouver département par département
    tous les défunts ayant fait l’objet d’une publication,
    et d’envoyer un message de sympathie aux familles ayant fait publier un avis de décès.
    Ce registre national est mis à jour quotidiennement.

    1er site libre et indépendant, n’étant soumis à aucun réseau funéraire,
    groupe de presse ou fond d’investissement,
    exclusivement dédié à servir les familles et les entreprises de pompes funèbres.

    Avec une information exhaustive sur toute la France, et par les services qu’il offre ;
    Publications dans la journée, témoignages, condoléances privées ou publiques,
    informations prévoyance obsèques, registre national des défunts,
    bougies commémoratives, annonce souvenir, informations pompes funèbres, liens utiles… ,
    le portail « avis-de-deces.net » répond aux attentes des familles, des proches et amis,
    mais aussi des professionnels, administrations et services publiques.

    Cordialement

    Fred

  7. Le secteur est extrêmement en terme de problématique de communication aussi. Les pompes funèbres ont des restrictions légales et bien sur éthiques. Cela les rend frileuses à l’utilisation d’internet et ouvre la porte à de nouveaux acteurs qui brisent des tabous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This