ActualitéBusinessCarTechInvestissementsLes levées de fonds

Navettes autonomes: Toyota mise sur l’Américain May Mobility

May Mobility, startup américaine spécialisée dans les navettes autonomes, lève 50 millions de dollars en série B dans un tour mené par son nouveau client, le Japonais Toyota Motor Corporation. La startup américaine avait déjà levé 22 millions de dollars en février 2019. 

Lancé en 2017 par Alisyn Malek, Edwin Olson, et Steve Vozar, May Mobility développe des navettes autonomes. Présente dans trois villes aux Etats-Unis (Detroit, Grand Rapids et Providence), la startup espère compter 25 navettes par villes pour fluidifier les transports.

En finançant May Mobility, Toyota s’offre également un partenariat stratégique pour développer sa propre gamme de navettes électriques autonomes. Le géant de l’industrie automobile pourrait en effet bénéficier de la technologie de May Mobility.

Sur le marché des navettes autonomes, la startup basée dans le Michigan fait face à la concurrence de la startup française Navya, qui doit faire face à ses propres défis, ou encore l’américaine à Via, toutes deux présentes aux Etat-Unis. May Mobility ambitionne désormais de développer sa flotte de navettes et de recruter davantage de collaborateurs.

May Mobility : les données clés

Fondateurs: Alisyn Malek, Edwin Olson, et Steve Vozar
Création: 2017
Siège social: Michigan, Etats-Unis
Secteur: automobile
Marché: navettes autonomes
Concurrents: Navya, Via


Financement: 50 millions de dollars en série B en décembre 2019 auprès de Toyota Motor Corporation;

Tags

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Navettes autonomes: Toyota mise sur l’Américain May Mobility
Comment Starburst Accelerator veut faire décoller les pépites du secteur aéronautique et spatial
Temasek et Trustbridge songent à mettre la main sur les activités de WeWork en Chine
[Made in Océan Indien] Qui est Talenteum, la startup mauricienne à impact social?
Les offres d’emploi de la semaine
WorkBoard lève 30 millions de dollars pour sa plateforme de gestion de projets en entreprise
[Made in Bretagne] Zoom sur l’écosystème digital breton en 2020
Copy link