ActualitéBusinessData Room

[News] Ce qu’il faut savoir ce matin

Microsoft abandonne le CES, crise du Cloud à la française – Dassault se retire du futur consortium, Spotify pour BlackBerry, radio internet et mesure d’audience

Yahoo! vendrait ses activités asiatiques

Yahoo! étudie la vente de sa participation au sein du chinois Alibaba (dont il possède 40%), et de Yahoo! Japon (dont il possède 35%) pour un montant de 17 milliards signale le New York Times. Une opération qui échaperrait à une taxation par le service des impôts américains (IRS).


Microsoft snobe le CES 2012

La fin des grands salons se confirme : Microsoft annonce qu’il ne participera plus au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas qui fut la grande messe incontournable de l’industrie high tech mondiale (2 700 exposants cette année). Le patron de microsoft ouvrait généralement le salon par une intervention très attendue. En 2013, il ne viendra pas, et Microsoft n’aura plus de stand.


Cloud français

« Dassault Systèmes claque la porte du « cloud computing » à la française » annonce à la Une La Tribune. « L’éditeur de logiciels a écrit à Thales, Orange et aux pouvoirs publics pour leur annoncer qu’il se retirait du futur consortium. Le grand emprunt devait injecter 135 millions dans la structure. ». le quotidien ajoute que « Dassault Systèmes, qui a dépensé plusieurs millions d’euros, de bonne source, ces deux dernières années pour mettre le projet sur pied en était l’un de ses partenaires les plus actifs. ». Il y a plusieurs raisons à ce divorce. Entre autres « Dassault Systèmes considère que les tarifs pratiqués par Orange dans le cadre du consortium sur les services de cloud sont beaucoup trop élevés par rapport à la concurrence. »


 Spotify sur BlackBerry

Bonne nouvelle pour les amateurs, Spotify annonce qu’il existe désormais une version de son service musical pour BlackBerry. Mauvaise nouvelle remarque Techcrunch, cette version de Spotify ne fonctionne qu’avec les anciens modèles de BlackBerry sortis il y a plus d’un an, pour le plus récent d’entre eux.


Audience radios sur Internet

L’avenir des services de radios en ligne à la demande comme celui de l’Américain Pandora (pas disponible en France) passe par la publicité. Mais aux Etats Unis, pour l’instant, il n’existe pas de mesure d’audience, équivalent à celui  d’Arbitron, qui surveille les radios traditionnelles. Du coup Pandora a demandé à Edison Research  de transformer les données de ses serveurs en mesures d’audience. Mais Arbitron a riposté en disant (PDF) qu’il était impossible de faire des comparaisons avec les mesures qu’elle propose, car il n’est pas possible de vérifier qu’un être humain écoute effectivement le flux internet. Edison Research a aussitôt réagi. Pandora répond que le streaming s’arrête au bout d’un certain temps si l’auditeur n’interagit pas et ajoute que c’est une manoeuvre des radios traditionnelles pour le maintenir en dehors du marché, car elles ont peur de la concurrence, et veulent garder l’intégralité du gateau publicitaire pour elles.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This