ActualitéBusinessEuropeMarketing & Communication

Nextdoor, le réseau social pour les voisins, débarque en France

95% des Français estiment avoir de bonnes relations avec leurs voisins mais 17% ne connaissent aucun d’entre eux par leur prénom, tel est le paradoxe mis en évidence par une étude Ifop commandée par Nextdoor. Pour rapprocher davantage les voisins français, l’entreprise américaine annonce le lancement de son réseau social privé de quartier en France. Il s’agit du quatrième pays européen où le service est déployé après le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas. «La recherche de connexions dans la vie réelle, qui construisent une vie de quartier, a dépassé nos frontières américaines», a déclaré Nirav Tolia, co-fondateur et CEO de Nexdoor, en marge du lancement français de son service.

Fondée en 2010 par David Wiesen, Madison Bell, Nirav Tolia, Prakash Janakiraman et Sarah Leary, Nextdoor développe un réseau social à destination des voisins. Sur la plateforme, ces derniers peuvent s’échanger des conseils, se poser des questions, organiser des événements, partager des documents, obtenir de l’aide ou encore retrouver des objets perdus. Pour s’inscrire, chaque voisin doit simplement fournir son vrai nom et prouver son adresse postale. De cette manière, Nextdoor garantit que les conversations de voisinage resteront toujours privées, uniquement partagées entre les voisins ayant des adresses vérifiées. De plus, les informations partagées entre voisins sur le réseau social ne peuvent être retrouvées sur Google ou un quelconque moteur de recherche.

185 000 quartiers dans le monde sur Nextdoor,
dont 165 000 outre-Atlantique

Concrètement, chaque voisinage crée sur la plateforme un mini-site privé à partir duquel chaque personne résidant dans le quartier peut s’inscrire. Par mesure de sécurité, les profils et les adresses sont vérifiés. De cette manière, Nextdoor peut faciliter les interactions entre voisins pour trouver une baby-sitter de dernière minute, être alerté d’un cambriolage près de leur domicile, organiser un vide-dressing, proposer des ateliers extrascolaires pour les enfants ou encore retrouver un chat perdu dans le quartier.

Avec un tel modèle, la société se positionne en alternative à d’autres plateformes, comme Facebook qui propose de créer des groupes. A ce jour, le réseau social est utilisé dans 185 000 quartiers aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas. En se déployant en Europe, l’entreprise basée à San Francisco entend réduire sa dépendance au marché américain dans la mesure où le service est actuellement utilisé dans 165 000 quartiers aux États-Unis. Dans l’Hexagone, Nextdoor a cartographié 40 000 quartiers et espère en compter 4 000 sur la plateforme d’ici la fin de l’année.

Pour se rémunérer, l’entreprise américaine a commencé à monétiser son service aux États-Unis au travers de publications sponsorisées et de mises en relation entre les utilisateurs de Nextdoor et les commerçants du quartier. Outre-Atlantique, les agences immobilières peuvent également sponsoriser des petites annonces de location ou de vente de biens. Actuellement, plus de 3 000 agences collaborent avec la société. Une fois que la base d’utilisateurs sera suffisamment solide en Europe, Nextdoor pourrait ainsi dupliquer ce modèle économique. L’an passé, l’entreprise a levé 75 millions de dollars.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

1 thought on “Nextdoor, le réseau social pour les voisins, débarque en France”

  1. Voir aussi MESVOISINS.FR venu d’Allemagne, et VOISIN MALIN en banlieue parisienne et dans le XIXème arrondissement de PARIS. Le réseau Village CHARONNE-SAINT-BLAISE commence à exister, autour de la rue Saint Blaise ex rue principale du Village de Charonne, annexé par Paris en 1860… Mais il en existe beaucoup d’autres de ces réseaux de voisinage en France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This