ActualitéAmérique du nordMarketing & Communication

Non, Facebook ne proposera pas un bouton « j’aime pas »

Lors d’un échange public, Marc Zuckerberg a dévoilé que Facebook travaillait sur la manière dont il était possible d’exprimer de l’empathie pour des victimes d’un drame, mais en rien sur un bouton « je n’aime pas ».

Facebook est un service communautaire qui ne veut surtout pas être un lieu de vote, explique Marc Zuckerberg

« Nos utilisateurs ne souhaitent pas une fonction de vote des contributions publiées. Ce qu’ils veulent c’est exprimer de l’empathie. Chaque instant n’est pas nécessairement un bon moment, n’est ce pas? Si vous partagez quelque chose de triste, que ce soit la crise des réfugiés ou un décès, vous n’êtes pas alors à l’aise pour cliquer sur le bouton « j’aime »

Un bouton lié à un contexte précis

Facebook opterait pour l’affichage d’un bouton exprimant cette empathie « Triste »?; qui s’afficherait en fonction d’une série de mot clés dans la publication.

Facebook travaille sur ce projet et devrait tester différentes solutions dans les semaines à venir.

L’intégralité de l’échange de Marc Zuckerberg:

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. C’est fou, ce qu’il dit est pourtant très clair et vous êtes le SEUL billet parmi une bonne dizaine lus ce matin (Le Monde, Konbini, Stratégies, …) à avoir un titre (et un contenu) qui dit la vérité. Tous les autres font du click baiting.

    En somme, félicitations et merci.

Bouton retour en haut de la page
Non, Facebook ne proposera pas un bouton « j’aime pas »
E-santé: l’Américain Aptar rachète le Français Voluntis, spécialisé dans les logiciels de suivi médical
HR Tech: Deel lève 425 millions de dollars supplémentaires pour faciliter les recrutements à l’étranger
Digital Marketing en 2021: le temps de l’action et du sens pour convaincre des clients potentiels
N26
La néobanque allemande N26 lève 777 millions d’euros pour une valorisation à 7,76 milliards d’euros
Télémédecine: après la crise, l’e-santé enfin prête à décoller?
Recrutement: le Français CleverConnect lève 30 millions d’euros pour s’étendre en Europe