ActualitéBusinessStartup

[Nouveau] La chronique de Singapour par Kevin Straszburger #1

Un nouveau correspondant pour FrenchWeb ! Kevin Straszburger, jeune entrepreneur français, vient tout juste de s’installer à Singapour pour y créer sa prochaine start-up. Il nous informera régulièrement de l’actualité des français sur place, des événements locaux et des nouveautés de l’écosystème Internet de ce minuscule agrégat d’îles aux 5M d’habitants. Au sommaire de ce premier épisode :

  • L’état d’esprit entrepreneurial de Singapour
  • Les français du web
  • Les événements locaux
  • La newsletter indispensable : The List

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. PI, il y 4 langues officielles à Singapour :
    Anglais, Mandarin, Malais et le Tamoul

    mais il est vrai que c’est clairement l’anglais qui domine

  2. Bravo Kevin, on t’envie.
    Le chinois n’est pas une langue. La communauté chinoise parle en majorité le hokkien, puis le haka. Elle est très segmentée en fonction de sa provenance de mainland china.

  3. La communauté du Web à Singap bouge bien et les opportunités sont nombreuses même si le marché est beaucoup plus complexe qu’il en a l’air. Mon partenaire et moi-même avons monté 3 boîtes ici dans le domaine du Web et du Jeu Mobile depuis 2008. Excellente porte d’entrée vers le reste de l’Asie. Malheureusement, ce marché reste encore très méconnu, voire ignoré, par la communauté Web française (de France). C’est donc une excellente initiative par Frenchweb. Au plaisir de rencontrer Kevin.

[Nouveau] La chronique de Singapour par Kevin Straszburger #1
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link