ActualitéFinTech

Number26, 40 millions pour devenir un acteur majeur de la banque mobile en Europe

Véritable succès ou coup de communication ? En France, Number26 a mis ses nouveaux clients sur liste d'attente. Cette start-up allemande, qui développe une offre bancaire mobile, vient en tout cas de lever 40 millions de dollars (environ 35,4 millions d'euros) en série B auprès de Horizons Ventures, en tant que principal investisseur, et de Battery Ventures, Earlybird Ventures et Redalpine Ventures. L'an passé, la société avait déjà bouclé un tour de table de plus de 10 millions de dollars, notamment auprès de Valar Ventures – un fonds d'investissement derrière lequel on retrouve Pether Thiel, l'un des cofondateurs de PayPal – et qui a lui aussi participé à cette nouvelle opération.

200 000 clients revendiqués

Fondé en 2013 par Valentin Stalf et Maximilian Tayenthal, Number26 est un service bancaire «mobile-first», c'est-à-dire conçu pour un usage prioritairement sur smartphone. La société propose ainsi aux internautes de créer en quelques minutes un compte directement depuis une application, et ce après une vérification d'identité par vidéo. Une fois l'inscription effectuée, les clients, qui disposent d'une carte MasterCard, peuvent effectuer des opérations courantes : paiements, retraits d'argent, virements bancaires…

En complément, plusieurs services ont été développés comme la création de statistiques sur les dépenses enregistrées et l'envoi de notifications push lors de chaque transaction ou lorsque le solde de compte devient faible. Pourtant, Number26 ne dispose pas de licence bancaire, mais explique avoir noué un partenariat avec Wirecard Bank AG, une entreprise allemande de services financiers, afin d'exercer ses opérations.

Avec ce concept, Number26 affirme avoir déjà convaincu plus de 200 000 consommateurs sur huit marchés européens depuis son lancement en janvier 2015. Son modèle économique repose sur les intérêts perçus en cas de découverts sur les comptes, mais aussi sur le partage des frais générés par certains services opérés via des partenaires, comme TransferWise pour l'échange de devises. Par ailleurs, Number26 entend développer de nouveaux produits (épargne, assurance…), toujours avec des partenaires sélectionnés et avec qui les revenus seront partagés.

D'autres acteurs en Europe

«Nous collaborons de façon sélective avec quelques-unes des meilleures entreprises FinTech dans le monde entier afin d'offrir une plateforme de produits au sein d'une expérience transparente et centrée sur le mobile», déclare dans un communiqué Maximilian Tayenthal. Par ailleurs, Number26 ne dispose pas d'agences physiques afin de réduire les coûts, et mise sur les économies d'échelle : «Nous avons également construit une base technologique très scalable en utilisant une structure organisationnelle extrêmement mince. Cette combinaison signifie que nous pouvons offrir de bien meilleurs produits à des prix beaucoup plus bas.»

D'autres start-up en Europe se positionnent également sur le marché des services bancaires mobiles. C'est notamment le cas du Britannique Mondo, qui lui aussi a levé des fonds auprès d'investisseurs privés. En France, les banques historiques ont quant à elles lancé leurs offres mobiles, comme BNP Paribas avec Hello Bank ou Axa Banque avec son service «Soon». Par ailleurs, avec le rachat prévu de Groupama Banque, Orange prévoit lui aussi de se lancer dans la bataille.

Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Number26, 40 millions pour devenir un acteur majeur de la banque mobile en Europe
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
DECODE Retail: 3 conférences organisées avec Odile Roujol et Laurence Faguer
Copy link