BusinessLes dernières actualités de la techRetail & eCommerce

Paris veut limiter les locations Airbnb

La Ville de Paris ne compte pas laisser le champ libre à Airbnb dans les logements de la capitale. La municipalité souhaite en effet que le nombre de nuitées maximum autorisées pour les locations de type Airbnb soit «significativement baissé». Un voeu a été voté à l’unanimité dans ce sens mardi 27 septembre par le Conseil de Paris. Pour l’heure, aucun nombre n’a été fixé par la municipalité. Début septembre, la tendance était cependant à une limitation à 90 ou 60 nuitées par an. A ce jour, les propriétaires ne peuvent pas louer leur bien plus de 120 jours par an dans l’Hexagone.

Paris est l’une des villes les plus plébiscitées sur Airbnb. Sur les 400 000 logements en France proposés par la plateforme d’hébergement entre particuliers, 67 000 sont situés à Paris. Si Airbnb permet à la plupart des Parisiens de générer des revenus complémentaires, la Ville de Paris est de plus en plus irritée par le succès de la plateforme américaine.

Vous cherchez à lever des fonds? identifiez les investisseurs compatibles avec votre projet, et faites connaitre votre startup auprès de l'écosysteme VC, Family office, et Business Angels. Pour en savoir plus, cliquez ici

754 000 euros d’amendes depuis janvier pour infraction à la réglementation

Selon Ian Brossat, l’adjoint PCF à la maire de Paris chargé du Logement, «un logement sur quatre ne sert plus à loger des Parisiens» dans les quatre premiers arrondissements de la capitale française. Ian Brossat a également précisé que la justice avait infligé un total de 754 000 euros d’amendes depuis janvier pour infraction à la réglementation. Pour rappel, si la limite de 120 nuitées par an n’est pas respectée, le propriétaire et la plateforme s’exposent chacun à une amende de 1 500 euros par nuit.

Accusée de concurrence déloyale par l’industrie hôtelière, Airbnb a tenté de montrer patte blanche en proposant à la Ville de Paris de mettre en place un système de blocage automatique des propriétaires qui louent leur logement plus de 120 nuitées par an. Visiblement, cela ne suffit pas pour Anne Hidalgo et les autres édiles parisiens. En abaissant le nombre de nuitées maximum, Paris marcherait dans les pas d’autres villes majeures d’Airbnb, comme New York, qui n’autorise que 30 nuitées, Amsterdam (60 nuitées) ou encore Londres (90 nuitées). De plus, dès le 1er décembre, les propriétaires louant leur logement via des plateformes numériques, comme Airbnb, Abritel ou Homelidays, devront se munir d’un numéro d’enregistrement. Celui-ci devra obligatoirement, sous peine d’amende, figurer sur toute annonce publiée sur les sites de location touristique.

Suivez nous:
CATHAY INNOVATION EDUCAPITAL XANGE
A Global Venture Capital Firm Connecting Innovators Everywhere The largest European Edtech & Future of Work VC Today's disruption, Tomorrow's daily life
DECOUVRIR DECOUVRIR DECOUVRIR
Connaissez vous la DATAROOM de FRENCHWEB.FR notre base de données de startups et sociétés innovantes françaises: informations clés, fonds levées, chiffres d'affaires, organigramme, axes de développement. Accédez aux informations que nous avons collecté concernant plus de 2000 sociétés

4 commentaires

  1. Les touristes qui viendront à Paris et qui n’auront plus la possibilité de louer un hébergement via AirBnB pourront toujours dormir dans leur voiture, vœux si cher à Anne Hidalgo

    1. C’est faux. On ne veut pas de voitures dans Paris. Ils devront donc dormir sur leur vélo ? ou bien loger en banlieue.

    2. Il pourront aussi s’adresser aux loueurs professionnels. Vous savez : ceux qui payent des taxes et des impôts, salarient du personnel et font vivre l’économie.

  2. 67000. Divise par deux ca donne 33500 nuitees liberees
    Combien de nuites dispo a paris par jour sachant quéles hotels’sont remplis a 80 90% en saison
    Donc les touristes iront ailleurs
    Pas de place et plus cher
    Bravo ca c’est de la relance de l’economie

Bouton retour en haut de la page
Share This