Actualité

Philippe Starck parie sur l’impression 3D, et va ouvrir une ligne de meubles en open source

Le designer français s’associe à un collectif de créatifs pour proposer TOG, une plateforme web et un store de création de meubles et d’accessoires personnalisables, destinées à l’impression 3D.

« On a déjà vu quelques maisons réalisées en impression 3D, limitées à deux étages seulement. Mais dans quelques années, nous y arriverons ! », déclarait le célèbre designer il y a quelques jours au Salon international du meuble à Milan.

Il semble que Philippe Starck ait pris la mesure de l’énorme potentiel de l’impression 3D. Il ouvre cet été un magasin – un flagship- à São Paulo, déjà déclinée en une plateforme web, TOGPour le moment, le site de TOG permet aux clients ( distributeurs, fabricants, internautes…)  d’acheter et de personnaliser du mobilier ( tables, chaises, canapés…), sur des critères comme la couleur ou la matière, des séries conçues par 8 designers de renom.

StarckUneMais l’idée de TOG , c’est d’aller plus loin, et proposer, à terme, des créations de mobilier 100% open source. La plateforme permettra d’imprimer ses propres meubles. « À l’avenir, les villes s’équiperont de kiosques et de spots 3D très accessibles. Les gens pourront alors choisir et personnaliser les objets « nus » selon leur goût. C’est une sorte de combat contre les tendances et les modes. Car je crois que la seule mode acceptable, c’est d’être fier de ses différences », revendique Philippe Starck.

Dans un futur proche, on pourra donc télécharger un fichier open source sur TOG, optimisé avec des fonctionnalités de personnalisation, puis transféré à une imprimante 3D.  Laquelle créera alors un objet tridimensionnel, en plastique, en métal, ou d’autres matériaux acceptés par l’imprimante.

La disponibilité de ces meubles open-source suivra celle du développement du marché de l’impression 3D. Un marché estimé à 8,41 milliards de dollars en 2020 selon Marketsandmarkets.

Crédit images : TOG

Bouton retour en haut de la page
Philippe Starck parie sur l’impression 3D, et va ouvrir une ligne de meubles en open source
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies
[Serie D] 1 milliard de dollars de plus pour Checkout, la 3ème FinTech la mieux valorisée au monde
OVHcloud: trois mois après son IPO, quel bilan pour le géant français ?