ActualitéMarketing & Communication

Pinterest : les pins sponsorisés débarquent sur le réseau social

Le coût pour mille impressions est estimé entre 30 et 40 dollars

Annoncés en septembre 2013, les pins sponsorisés débarquent avec une sélection très restreinte de marques partenaires : ABC Family, Banana Republic, Expedia.com, GAP, General Mills, Kraft, lululemon athletica , Nestlé – Purina, Dreyer’s/Edy’s Ice Cream, Nespresso, Old Navy, Target, Walt Disney Parks and Resorts et Ziploc. Pour l’instant, la solution n’est disponible qu’aux Etats-Unis.

Le nombre d’annonceurs a été volontairement limité pour tester le modèle et sa pertinence a annoncé le réseau social qui souhaite que ses utilisateurs émettent leurs retours sur le dispositif. « Des dizaines de millions de personnes ont ajouté plus de 30 milliards d’épingles, les marques représentant une grande partie d’entre-elles. Les marques aident les épingleurs à trouver de l’inspiration et à découvrir les choses qu’ils aiment. Que ce soit des idées pour le diner, des endroits à visiter ou des cadeaux à offrir. Les épingles sponsorisées permettront aux entreprises de toutes tailles de toucher encore plus d’épingleurs » explique la société.

Selon AdAge, Pinterest exigerait des dépenses minimums de 1 et 2 millions de dollars de la part des publicitaires pour annoncer sur sa plateforme, le coût pour mille impressions (CPM) étant estimé entre 30 et 40 dollars.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pinterest : les pins sponsorisés débarquent sur le réseau social
Face aux géants du streaming, WarnerMedia fusionne avec Discovery pour 43 milliards de dollars
NFT: les enchères d’œuvres numériques débarquent en France
Cloud: comment la France veut s’émanciper des géants américains
CarTech: le groupe Stellantis s’allie au fabricant de produits électroniques Foxconn
Axa
Cyberattaque: Axa Partners victime d’un rançongiciel en Asie
Retail: le Français Ankorstore lève 84 millions d’euros auprès de Tiger Global et Bain Capital