Actualité

PLF 2014: Christian Eckert s’offre une 1ere séance de tirs aux pigeons

Le député PS Christian Eckert ne décolère pas de la fronde des Pigeons. « En quelques heures, un bon slogan, une excellente communication et de nombreux relais ont permis à un escadron d’habiles entrepreneurs d’accréditer l’idée que l’esprit d’entreprendre, l’investissement de leur argent, la pertinence de leurs idées, donnaient à ces gens le droit de payer moins d’impôts sur la revente de leurs modestes paquets d’actions, que les salariés qui ont valorisé le prix de ces mêmes actions » écrivait il à l’époque sur son blog.

Fort de sa position de Rapporteur du Budget à l’Assemblée nationale, Christian Eckert a déposé une série d’amendements qui visent d’une part d’empêcher le report d’imposition, et d’autre part de bénéficier du cumul de la réduction d’impôt et du régime d’abattement majoré.

Dans le premier cas les entrepreneurs qui réinvestissent le gain de la cession de leur société dans une nouvelle startup devront payer la taxation sur les plus values à chaque sortie d’opération. Dans le second cas les investisseurs qui ont bénéficié de l’abattement de 18%, ne pourront prétendre à bénéficier de l’abattement aux taux renforcés, prévu pour favoriser l’investissement des créateurs d’entreprises.

Un commentaire

  1. Malheureusement le contexte délétère laissait craindre des voltes faces :(

Bouton retour en haut de la page
PLF 2014: Christian Eckert s’offre une 1ere séance de tirs aux pigeons
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse