A la uneActualitéFrenchWeb DayRetail & eCommerce

[Portrait] Olivier de la Clergerie (LDLC) : «Je crois énormément dans l’impression 3D »

Le FrenchWeb Day eCommerce du 17 juin prochain présentera les dernières innovations du secteur et la constante transformation des usages. Frenchweb présente les intervenants qui viendront décrypter les dernières tendances.

Aujourd’hui, Olivier de la Clergerie, directeur général et co-fondateur de LDLC.com, une marketplace lyonnaise de matériel high-tech. Le groupe familial a dégagé  285,7 millions d’euros de chiffre d’affaires sur  l’exercice 2014-2015, soit une hausse de 12% en un an.

Pourquoi avoir choisi ce métier et ce poste chez LDLC ?

J’ai choisi ce métier car j’adore relever des défis, et je suis un passionné d’informatique. Le e-commerce lorsque nous avons démarré était déjà en soit un défi, puisque rien n’existait vraiment et qu’il a fallu créer tout l’environnement pour développer l’entreprise.

J’ai la chance d’avoir un background à la fois technique et financier, du coup j’ai pu m’orienter vers mes terrains de jeu favori avec la croissance de l’entreprise au poste de DG. J’ai notamment en charge des aspects de back office, comme la DSI, la logistique, la finance.

Quelle est votre formation ?

J’ai une première formation d’ingénieur (ECAM Lyon) en 1994 qui m’a permis d’appréhender les aspects techniques des entreprises, informatique, industrie. J’ai ensuite continué avec une formation Finance, Gestion (EM Lyon) en 1996 où là j’ai pu étoffer ma compréhension des mécanismes de fonctionnement des entreprises, mais aussi la compréhension des marchés financiers, de l’analyse budgétaire et financière.

A l’issue des formations, je n’ai jamais cessé d’apprendre dans tous ces domaines, mais en poussant bien sûr dans le détail et la pratique (par exemple la cotation sur les marchés donne une vision en pratique bien plus étoffée qu’une formation à l’école). J’ai aussi beaucoup progressé dans les aspects techniques informatiques (les réseaux, les infrastructures, la sécurité…)

Quel est le nouveau usage, lié à un produit nouveau ou à un site e-commerce, qui selon vous, a le plus fort potentiel ?

Je crois énormément dans l’impression 3D qui va modifier notre rapport à l’objet et à la création.

Avez-vous une phrase leit motiv pour avancer chaque jour ? Si oui laquelle ?

Oui c’est une citation de Paulo Coelho : «Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !»

Année de création: 1996

Effectifs: plus de 480 salariés

Type de produits vendus: Informatique et high-tech

Chiffre d’affaires réalisé sur 2013-2014: 255 millions d’euros (+21% sur un an)

  • Frenchweb Day Commerce le 17 juin prochain
Avez-vous dépensé plus de 1600 euros d’achats en ligne l’année dernière ? Si oui, vous êtes au-delà de la moyenne des acheteurs, et c’est donc que vous avez succombé aux stratagèmes méconnus des e-commerçants. Le e-commerce français pèse 57 milliards d’euros, répartis sur plus de 150 000 sites* et sur les mobiles, les véritables témoins des usages de demain. (*Fevad, 2014)
Tous auront l’occasion d’illustrer cette nouvelle ère, à l’occasion du  Frenchweb Day Commerce, le rendez-vous des acteurs de l'eCommerce.

Pour participer à ces rencontres ;

Bouton2

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Que l’on y croit ou non, la révolution de l’impression 3D locale est belle et bien marche …

Bouton retour en haut de la page
[Portrait] Olivier de la Clergerie (LDLC) : «Je crois énormément dans l’impression 3D »
« Métaverse », l’univers parallèle qui fait rêver les géants de la Tech
Akka Technologies
Adecco rachète le Français Akka Technologies, valorisé à 2 milliards d’euros, pour créer un géant du numérique
spotify
Résultats trimestriels: Spotify réduit ses pertes et grimpe à 165 millions d’utilisateurs payants
google
Alphabet (Google) dépasse les attentes du marché avec un bénéfice net de 18,5 milliards de dollars
Tiré par les ventes d’iPhones, Apple a presque doublé son bénéfice net trimestriel
Bubble lève 100 millions de dollars pour sa plateforme no-code