Recruter
ActualitéAmérique du nordArts et CultureBusiness

Pour Netflix, la première menace se nomme Fortnite et YouTube

A Los Gatos, les craintes ne sont pas concentrées sur Amazon, Disney et HBO. C’est du moins ce qu’affirme Netflix qui estime dans une lettre adressée à ses actionnaires que ses concurrents directs ne sont pas les plateformes qui angoissent le plus la firme américaine. Le service de vidéo à la demande, qui compte désormais près de 140 millions d’abonnés dans le monde, s’inquiète plutôt du succès de Fortnite et de YouTube auprès des Millennials. 

Si Netflix est de loin le leader absolu de la vidéo en streaming – la firme de Reed Hastings se targe d’ailleurs de monopoliser chaque jour 10% du temps passé par les Américains devant la télévision (soit 100 millions d’heures par jour) – le géant américain considère en effet que le jeu d’Epic Games, qui compte plus de 200 millions de joueurs dans le monde, et la plateforme de Google lui portent davantage préjudice. Et ce malgré la menace constituée par Amazon Prime Video, HBO et Disney, qui s’apprête à devenir actionnaire majoritaire d’Hulu et à lancer son propre service de streaming, baptisé Disney +, dans le courant de l’année. «Nous rivalisons (et perdons bien plus) avec Fornite plus qu’avec HBO. Quand YouTube a été inaccessible partout dans le monde pendant plusieurs minutes en octobre dernier, notre audience et nos inscriptions ont explosé sur cette courte période», a ainsi expliqué la firme américaine dans sa lettre à ses actionnaires.

Une enveloppe de 15 milliards de dollars pour la production de contenus originaux en 2019

Aux yeux de Netflix, Fortnite et YouTube constituent en effet des tentations pour les Millennials qui les détournent des contenus proposés par la firme de Los Gatos. Car le temps qu’ils passent sur le jeu phénomène et sur la plateforme de Google, ce sont autant de minutes en moins pour regarder les séries, les films, les spectacles et les documentaires de Netflix. En enlevant du temps de cerveau disponible, ces acteurs, qui disposent d’une force de frappe conséquente à travers le monde, apparaissent ainsi comme des menaces de premier ordre pour Netflix, malgré une concurrence qui s’intensifie sur le marché du streaming vidéo. «Nous ne sommes pas focalisés sur Disney +, Amazon ou les autres mais sur la manière dont nous pouvons améliorer l’expérience utilisateur pour nos membres», assure la plateforme aux 139 millions d’abonnés.

Déterminée à renforcer son leadership dans le secteur, le géant américain n’entend pas lésiner sur les investissements pour enrichir son catalogue dans les prochains mois. Après avoir déboursé 12 milliards de dollars en 2018 dans la production de contenus originaux, Netflix ne devrait pas réduire la voilure cette année avec une enveloppe qui pourrait atteindre jusqu’à 15 milliards de dollars. Certains analystes estiment que cette somme pourrait s’élever à 18 milliards de dollars en 2020, à raison d’une croissance annuelle du budget dédié aux créations originales de 3 milliards de dollars. 

Au dernier trimestre de l’année 2018, Netflix a attiré 8,8 millions d’abonnés supplémentaires, dont 7,3 millions à l’international. Sur la période, la firme américaine a enregistre un bénéfice net de 134 millions de dollars, contre 403 millions au trimestre précédent, pour un chiffre d’affaires de 4,2 milliards de dollars. Pour les trois premiers mois de l’année 2019, Netflix compte progresser sur la même cadence en prévoyant de séduire 8,9 millions de nouveaux abonnés et d’enregistrer 4,6 milliards de dollars de revenus. Le chiffre d’affaires de la plateforme américaine devrait notamment augmenter grâce à la nette hausse des tarifs aux États-Unis annoncée mi-janvier.

Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This