ActualitéAmérique du nordBusinessTech

Pourquoi Facebook rachète ses actions

Avec l'AFP

Facebook a annoncé vendredi qu’il augmentait son programme de rachat d’actions de 9 milliards de dollars, selon un document officiel. Ce montant vient s’ajouter au programme de rachat de 15 milliards de dollars lancé en 2017.

Il n’y a pas de date butoir au programme de rachat. L’annonce a donné un coup de pouce à l’action après la clôture du marché lors des échanges électroniques. Le titre gagnait 1,38% à 22H00 GMT et l’entreprise valait un peu moins de 395 milliards de dollars en bourse vendredi. Le 25 juillet, le titre valait encore 217,50 dollars. Il a fini à 137,42 vendredi.

Augmenter le bénéfice par action

Les programmes de rachat d’actions permettent en général de faire remonter le prix d’un titre. Avec l’annonce d’un ralentissement de sa croissance et une réduction de ses marges dès juillet ainsi que les différents scandales dans lesquels s’est empêtré le réseau social, le sien a perdu plus de 37% par rapport à son plus haut historique. Le fait que la société augmente son programme de rachat d’actions en dit donc beaucoup sur sa stratégie.

Facebook qui peut compter sur les importants bénéfices engendrés ces dernières années a approuvé un programme de rachat dès 2016 et l’a lancé l’année d’après. Ainsi depuis quelques temps, son nombre d’actions dilué par trimestre est en baisse, ce qui fait mécaniquement augmenter son bénéfice par action (BPA). Cette augmentation de 9 milliards de dollars de son programme de rachat d’actions montre donc que le réseau social compte poursuivre cette stratégie alors que ses marges devraient se réduire pendant que l’entreprise accélère ses dépenses pour renouveler son modèle.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pourquoi Facebook rachète ses actions
Après avoir racheté Postmates, Uber licencie 15% des effectifs dont le fondateur de la startup
Le groupe SEB mise sur la startup de contenus culinaires Chefclub pour accélérer dans le digital
IA: l’Europe toujours à la traîne face aux États-Unis et à la Chine
Le maire de Miami tente de séduire les entreprises Tech de la Silicon Valley
FinTech : Alma lève 49 millions d’euros auprès de Cathay Innovation, Idinvest et Bpifrance
Les conseils pour une gestion simple de vos cookies, en accord avec les recommandations de la CNIL