ActualitéBusinessMedia

[DECODE] «Gilets jaunes» : comment Brut tire son épingle du jeu par rapport aux autres médias

Depuis trois semaines, la crise des «gilets jaunes» agite la France. Né sous l’impulsion d’une poignée de citoyens excédés par la hausse des prix du carburant et la baisse du pouvoir d’achat dans l’Hexagone, ce mouvement de protestation a rapidement rencontré une vive adhésion à travers le pays. Révélant la colère de millions de Français à l’encontre de la politique économique menée par les différents gouvernements au cours des derniers quinquennats, le mouvement des «gilets jaunes» a cassé les codes établis des protestations populaires, bousculant ainsi les repères des personnalités politiques et des médias.Apple-converted-space »> 

Contextualiser pour éviter de polariser le débat

Lors des «lives» de Rémy Buisine, pas question de donner son avis mais d’expliquer ce qui se passe autour de lui, pour contextualiser la situation auprès des internautes, et de donner la parole aux différentes personnes qu’il croise sur le terrain pour faire entendre des discours différents et nuancés, de manière à proposer un panel assez complet des forces en présence pour ne pas tomber dans le piège de la polarisation du débat. Et la formule semble fonctionner puisque Brut a touché environ 20 millions de Français, soit presque un tiers de la population, lors des trois premiers week-ends de mobilisation, avec un léger recul pour l’acte IV ce samedi 8 décembre, où le média en ligne a atteint 15 millions de Français. Au plus fort des événements, la page Facebook Brut France, suivie par 1,9 million de personnes, est montée jusqu’à 33 millions de viewers uniques, «soit plus de Français devant Brut que BFM», indique Guillaume Lacroix. «Novembre est un mois record pour Brut avec 800 millions de vues à travers le monde, dont 300 millions en France à travers nos différentes plateformes», ajoute-t-il.

Aux yeux de Guillaume Lacroix, ce travail sur le terrain diffusé en direct sur les réseaux sociaux illustre l’essor d’un «nouveau journalisme» dit «horizontal» porté par la puissance de frappe des plateformes en ligne, Facebook en tête. «Facebook Live est un outil incroyable pour créer des discussions. Nous sommes sur du temps long», précise le co-fondateur de Brut. L’atout des «lives» sur Facebook réside principalement dans l’interactivité qu’ils permettent de générer. Sur les Champs-Élysées, Rémy Buisine, en plus de décrire la situation autour de lui, a ainsi pris le temps de répondre aux questions des internautes, ce qui contribue à tisser un lien entre le média et son audience. Résultat, plus d’un demi-million de commentaires ont par exemple été générés par le live du reporter de Brut le samedi 24 novembre. Sur l’ensemble du mois de novembre, le média en ligne revendique 160 millions de vues sur Facebook en France.

Les «gilets jaunes» devant l’Arc de Triomphe, sur les Champs-Élysées à Paris. Crédits : Shutterstock.

«L’usage pilote le reste»

Cependant, Brut ne se limite pas uniquement à Facebook. Ce média «digital native» est également présent sur YouTube, Dailymotion, Twitter, Instagram et Snapchat. Autant de manières de toucher les 2 milliards de Millennials dans le monde. «Ils ont Netflix pour les séries, Spotify pour la musique, mais pour l’information, aucun média ne s’est imposé. Chez Brut, c’est l’usage qui pilote le reste. La création de contenus, c’est ce qui drive notre business», explique Guillaume Lacroix.

S’adapter aux usages et non au traitement habituel de l’information dans les autres médias, tel est le modèle mis en place par Brut pour faire la différence dans un paysage médiatique qui connaît un bouleversement sans précédent. Pour Guillaume Lacroix, l’avenir de Brut passe par Instagram, «qui fonctionne bien en Inde et en France», et Snapchat, qui compte 13 millions d’utilisateurs quotidiens en France.Apple-converted-space »> 

Après s’être solidement ancré dans le paysage médiatique français, Brut veut dupliquer son modèle à l’international. Outre l’Hexagone, le média en ligne est désormais opérationnel au Royaume-Uni, aux États-Unis (Top 3) et en Inde (leader). Dernièrement, en novembre, Brut est également parti à la conquête des Millennials chinois. Une expansion rapide qui devrait encore s’accélérer grâce au tour de table de 10 millions d’euros bouclé cette année.Apple-converted-space »> 

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This