ActualitéBusinessFinTech

Pourquoi Klarna va supprimer 10% de ses effectifs dans le monde

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Le spécialiste suédois du paiement différé Klarna a annoncé lundi la suppression d’environ 10% de ses effectifs dans le monde, soit 700 postes, en invoquant l’impact de la dégradation de la situation économique sur son activité. Par rapport à son plan pour 2022 réalisé pour l’automne dernier, la licorne suédoise – encore valorisée à plus de 46,5 milliards de dollars lors d’un tour de table en juin dernier – a vu ses perspectives se dégrader nettement ces derniers mois.

« Depuis, nous avons vu éclater une guerre tragique et inutile, un changement dans l’opinion des consommateurs, une forte hausse de l’inflation, un marché boursier très volatil et une probable récession », a souligné Sebastian Siemiatkowski, le patron de Klarna, dans un message aux employés publié par le groupe. A la suite d’une revue d’effectifs, « j’ai le regret de dire qu’environ 10% de nos collègues et amis dans tous les secteurs de l’entreprise seront affectés », écrit le co-fondateur de la fintech. Une porte-parole du groupe a précisé à l’AFP que le total des effectifs était actuellement de 7 000 personnes.

Présent dans une quarantaine de pays

Klarna, qui permet au consommateur des paiements différés et aux boutiques et sites marchands de déléguer la facturation, est présent dans une quarantaine de pays. Selon son PDG, « Klarna continue à avoir une forte position sur le marché (…) Je reste pour cela résolument optimiste sur le futur du groupe, malgré ce que nous traversons ». Créée en 2005 par trois jeunes étudiants en école de commerce à Stockholm, l’entreprise était entrée dès 2015 dans le club des « licornes », ces start-up valant plus d’un milliard de dollars. Klarna est à la fois financé directement par les vendeurs en ligne mais aussi par les intérêts de retard payés par les consommateurs – même si le groupe veut se distinguer du crédit à la consommation et dit vouloir réduire la part de ces revenus « négatifs » dans son chiffre d’affaires.

S’ils sont faits à temps, les paiements différés sont gratuits, dans un modèle de « achetez maintenant, payez plus tard ». Le groupe basé à Stockholm revendique 147 millions d’utilisateurs actifs pour 400 000 clients vendeurs, dont H&M, Sephora, Samsung ou encore Nike. Selon le Wall Street Journal, le groupe cherche des investisseurs à un prix valorisant l’entreprise en nette baisse, à 30 milliards de dollars. La suppression des postes suit une période de forte croissance, qui a conduit l’entreprise à brûler de la trésorerie et à creuser ses pertes l’an dernier, à 7,1 milliards de couronnes suédoises (environ 700 millions d’euros) l’an passé.

Bouton retour en haut de la page
Pourquoi Klarna va supprimer 10% de ses effectifs dans le monde
[Série A] Cybersécurité : a16z mise sur l’AssurTech Stoïk pour son second investissement en France
Quelle est la recette de DL Software pour réussir sa stratégie de Build Up?
[Série A] Cryptomonnaies : Flowdesk lève 30 millions de dollars auprès d’Eurazeo, ISAI, Ledger et Coinbase
[DECODE Quantum] A la rencontre de la startup WeLinQ
La FinTech SumUp valorisée 8 milliards d’euros après une nouvelle levée de fonds
[Série B] BNPL : Hokodo lève 37 millions d’euros pour sa solution B2B

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media