ActualitéAmérique du nordBusinessTransport

Pourquoi Waze Rider, qui paye les chauffeurs, peut faire trembler BlaBlaCar

Waze, application mobile de navigation routière, a dévoilé ce lundi un programme pilote de covoiturage, baptisé Waze Rider, dans la région de San Francisco. Derrière cette initiative, la filiale du groupe américain Alphabet (Google) souhaite contribuer à la réduction des embouteillages aux heures de pointe dans la Silicon Valley. Le modèle s’intéresse aux moyennes et longues distances, se rapprochant ainsi du positionnement de BlaBlaCar, la plateforme communautaire française de covoiturage. En juillet 2015, Alphabet avait déjà commencé à tester Waze Rider à Tel-Aviv. C'est la première fois que le service s'exporte hors des frontières de l'Etat hébreu.

Pour l’instant, le programme pilote de Waze est seulement réservé aux salariés d’une série d’entreprises de la baie de San Francisco. Ainsi, les testeurs seront prévenus par l’application quand quelqu’un désire effectuer le même trajet qu’eux dans l’optique de «faciliter le covoiturage avec des voisins et des collègues qu’on connaît ou qu’on n’a pas encore rencontrés», explique Waze sur son site Internet.

Un potentiel de 50 millions d'utilisateurs dans le monde

Concrètement, les bénéficiaires de ce service devront payer les chauffeurs 0,54 dollar par mile, soit 0,48 euro pour 1,6 kilomètre, lit-on sur Seeking Alpha, blog américain spécialisé dans la finance. Plus surprenant encore, Waze ne prend aucune commission sur les courses de ses utilisateurs, à l'inverse de BlaBlaCar qui prélève des frais de réservation et la TVA à hauteur de 14,28% TTC, selon un mode de calcul que la société explique sur son site Internet.

Autre différence, avec Uber cette fois, l’application limite l’utilisation de son programme de covoiturage à deux courses par jour, pour aller travailler le matin et revenir à la maison le soir. Le paiement des chauffeurs par les passagers doit ainsi uniquement compenser les coûts de carburant à la charge du chauffeur. Ce système ne peut donc pas créer une activité régulière d'indépendant, comme le VTC, par le biais de Waze Rider.

Créé en 2008 par deux Israéliens, Waze comptabilise plus de 50 millions d’utilisateurs dans plus de 200 pays, ce qui pourrait faire vaciller BlaBlaCar et ses 25 millions de membres. Sur les systèmes d'exploitation Android et iOS, l'application est déjà très populaire. Waze Rider obtient une note de 3,8 étoiles sur 5 sur le Play Store de Google à l'échelle internationale tandis que Waze bénéficie d'une note de 4 étoiles et demi sur 5 sur l'Apple Store en France. Actuellement, le programme pilote de covoiturage de Waze n’est disponible que dans la région de San Francisco, mais une arrivée sur le continent européen pourrait rapidement bouleverser l’équilibre du marché du covoiturage.

Lire également: Avec Waze Rider, Google va-t-il concurrencer BlaBlaCar ?

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Pourquoi Waze Rider, qui paye les chauffeurs, peut faire trembler BlaBlaCar
Silicon Valley : un exode de San Francisco vers des villes moyennes américaines se prépare
Les Déterminés, une transformation digitale pour soutenir les entrepreneurs des quartiers populaires et ruraux
Élections américaines: Facebook va bloquer les publicités des médias contrôlés par un État
Coronavirus: l’État débloque un fonds au secours des startups françaises convoitées à l’étranger
Quels enseignements pouvons-nous tirer de la crise actuelle pour le futur des marketplaces?
Confinement: comment les géants américains ont profité de l’explosion du temps passé sur Internet
Copy link