ActualitéData Room

[Prévisions France] + 8,2% pour les dépenses publicitaires online en 2012

Zenith Optimedia vient de publier ses nouvelles prévisions relatives aux investissements publicitaires mondiaux en 2012. L’agence table ainsi sur une augmentation des dépenses de 4,8%, pour atteindre 489 milliards $ d’ici la fin de l’année.

Parmi les secteurs les plus actifs : internet, dont la part des dépenses devrait passer de 16,4% en 2011 à 22,1% en 2014 et dépasser 30% sur six marchés (Canada, Chine, Norvège, Corée du sud, Suède, Royaume-Uni). Outre les réseaux sociaux, la vidéo en ligne apparait comme l’autre catégorie phare, propulsant, selon l’agence, le display à 21% de croissance annuelle entre 2011 et 2014.

Dorénavant, le display devrait également croître sensiblement plus vite que le référencement payant, pour atteindre 41% des dépenses publicitaires sur internet en 2014, contre 36% en 2011.

Pour ce qui est du marché français, l’agence table sur une progression des investissements globaux de l’ordre de 1,3%. Encore une fois, la croissance devrait principalement être tirée par internet, dont les dépenses devraient croître de 8,2%, contre 7,7% estimés en décembre.

Selon l’agence, le search et l’affiliation devraient profiter de la crise car ils permettent un bon retour sur investissements. Cette année le média est resté très actif, affichant une croissance de 12,8% par rapport à 2010. ZenithOptimedia précise enfin que le mobile devrait connaître une embellie de 34% en 2012, tandis que la croissance des autres médias a été revue à la baisse (+0,1% vs +0,7% envisagés à la fin 2011).

Bouton retour en haut de la page
[Prévisions France] + 8,2% pour les dépenses publicitaires online en 2012
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
[Livre Blanc] E-commerce: comment adapter votre stratégie aux nouvelles attentes des consommateurs
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers