ActualitéLes levées de fonds

Pricing Assistant lève 499 999 euros pour accélerer son développement

Pricing Assistant est un un outil pour aider à bien positionner ses prix.

Les fondateurs confirment à FrenchWeb une levée de fonds grâce à laquelle Pricing Assistant souhaite renforcer sa R&D et compléter son offre d’optimisation des prix.

D’après le CEO Martin de Charette, “Cette levée de 499.999€ (quel pricing !) va permettre d’accélérer le développement pour permettre à Pricing Assistant de devenir un “must have” pour tous les e-commerçants, en France et à l’international.”

La société emménagera également début Octobre dans “Le 39”, un nouvel espace en plein quartier du Sentier où elle accueillera d’autres startups innovantes. D’après le CTO Sylvain Zimmer, “nous recrutons des développeurs passionnés et nous avons voulu créer un cadre de travail idéal, proche de ce qui se fait à San Francisco, pour être dans les meilleures conditions possibles pour les années à venir”.

  • Fondateurs: Sylvain Zimmer et Martin de Charette
  • Date de Création: Décembre 2012
  • Montant de financement: 2000 euros de Capital + 499 999 euros
  • Investisseurs: Sylvain Zimmer et Martin de Charette
  • Nombre de salariés: 2 employés et 4 stagiaires
  • Chiffre d’affaires: non dévoilé
  • Le site web: http://www.pricingassistant.com

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.

7 commentaires

Bouton retour en haut de la page
Pricing Assistant lève 499 999 euros pour accélerer son développement
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?