BusinessInvestissementsLes levées de fondsProptech

PropTech: Checkmyguest lève 7 millions d’euros pour s’étendre en Europe

Checkmyguest, la start-up spécialisée dans la gestion locative d’appartements dédiés à la location de courte durée, lève sept millions d’euros pour développer son offre en France et à l’étranger. Cette levée à été réalisée notamment auprès du fonds d’investissement Entrepreneur Venture, de la BPI, et de business angels

Lancé en 2016 par Kevin Cohen et Joffrey Ichbia, Checkmyguest accompagne les particuliers ou professionnels dans leurs investissements immobiliers et propose des services de conciergerie pour les locations courte durée. Ces locations sont par la suite proposées sur des plateformes telles que Airbnb, Booking, ou encore Expedia.

Déjà présente à Paris, Cannes, Deauville et Tel Aviv, la start-up ambitionne grâce à cette première levée de dépasser les 40 millions d’euros de volume d’affaires d’ici fin 2020 et de se développer dans de grandes villes françaises et européennes.

Checkmyguest: les données clés

Fondateurs : Kevin Cohen et Joffrey Ichbia
Création : 2016
Siège social : Paris
Secteur : Immobilier 
Marché : accompagne les particuliers et professionnels dans leurs investissements immobiliers


Financement : 7 millions d’euros en septembre 2019 auprès du fonds d’investissement Entrepreneur Venture, de la BPI, et de business angels

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA. Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
PropTech: Checkmyguest lève 7 millions d’euros pour s’étendre en Europe
Reconnaissance faciale
IA et données: le contrôleur européen veut interdire la surveillance de masse
3 questions sur les agissements de la Chine face à l’industrie des cryptomonnaies
E-santé : comment entraîner et évaluer son outil d’IA?
Spotify acquiert la startup Podz pour accélérer dans les podcasts
Cryptomonnaies: la Banque de France réalise une nouvelle expérimentation sur les titres cotés
Que faire de la «sur-épargne» créée pendant la crise?