ActualitéBusinessStartupStartup du jour

[Radar #Immobilier] Yvivre, l’algorithme de matching pour mutualiser des espaces en copropriété

Thomas Landemaine et Olivia Frapolli étaient architectes à Montpellier et ont décidés de créer Yvivre.

Plus de détails avec Olivia Frapolli, co-fondatrice de Yvivre :

FrenchWeb: À quel besoin répond votre service?

Lorsque l’on souhaite accéder à la propriété en ville, il n’est pas évident de dénicher un bien à son image permettant d’offrir une alternative crédible à la maison individuelle : la multiplicité des modes de vie, des cultures, des pratiques sociales génèrent des attentes contrastées qui s’adaptent mal aux produits-logements formatés et normés qui prédominent sur le marché. 

Yvivre répond à cette aspiration en remettant l’habitant au cœur du processus de définition de son habitat grâce à un outil digital dédié à la programmation de logements neufs.

Quelle est votre proposition de valeur?

Au travers d’une application web intuitive basée sur des outils et algorithmes dédiés, Yvivre offre la possibilité à de futurs acquéreurs d’être mis en relation autour de besoins et de centres d’intérêts partagés afin d’acheter en copropriété des espaces innovants, en plus de leur logement individuel. Sur un terrain préalablement choisi, l’application accompagne les acquéreurs dans l’élaboration de leur programme jusqu’à la passation au promoteur qui se chargera de monter l’opération sur le schéma classique de l’achat en VEFA (« vente sur plan »).

Par cette approche renouvelée, nous souhaitons renverser les modes de production du logement en concevant l’immeuble autour de ses habitants. Habiter un logement collectif ne doit pas être une contrainte mais une opportunité. Avec cette solution, on ne se limite pas aux apparences, on n’achète plus un logement neuf d’après un plan et une façade « prêt-à-porter » mais selon ses envies, ses besoins réels pour plus de qualité, de liberté et de lien social dans un habitat collectif « sur mesure ». 

Qui sont les utilisateurs de vos solutions?

Pour le moment, nos utilisateurs en betatest sont principalement des citadins entre 25 et 50 ans. La majorité de notre base est aujourd’hui en région Occitanie où est né le projet. La base s’étend sur les grandes métropoles telles que Paris, Nantes ou encore Lyon, où nous comptons développer notre offre dans le courant 2019.

Il s’agit de personnes d’horizons variés souhaitant acheter un appartement sur-mesure en résidence principale, pour des immeubles 100% propriétaires-habitants. 

La création de logements plus adaptables et personnalisés permettra de prendre en considération la fluctuation des situations familiales, le handicap ou les interactions grandissantes entre espaces domestiques, professionnels et de loisirs. Toutes les combinaisons d’habitants et d’espaces partagés sont donc possibles : de jeunes parents pourront monter une garderie, des séniors acheter un logement en plus pour accueillir leurs petits enfants, des travailleurs indépendants : un espace de coworking, etc. 

Ce mode de production de logements porté par une forte synergie des usagers présente un intérêt indéniable de lien social mais aussi de maintenance technique, administrative et financière des lieux dans la durée. Il est garant d’une bonne appropriation des lieux par des habitants impliqués et investis dans la copropriété. 

Quel est votre plan de développement?

L’application sort officiellement auprès du grand public mi-novembre 2018 avec plusieurs terrains ouverts à la programmation sur Montpellier et Paris. D’ici là nous continuons d’améliorer l’interface avec nos beta-testeurs  et prévoyons la mise en place de nouvelles fonctionnalités afin d’enrichir l’expérience utilisateur.

Nous travaillons également en étroite collaboration avec les promoteurs immobiliers. Nous nous nourrissons de leur expériences et de leurs compétences pour garantir l’efficience de notre solution. 

Pour l’heure, nous nous focalisons pour l’heure sur le marché français mais regardons attentivement l’évolution des marchés voisins, notamment en Allemagne et dans les pays scandinaves où l’habitat participatif est très développé.

Quels sont vos enjeux?

Contrairement aux pays du nord où les habitants sont très familiarisés à cette approche participative, la France est un pays de « propriétaires » évoluants dans un cadre très normé. Nous allons donc devoir évangéliser/éduquer rapidement le marché à notre nouveau modèle. 

Yvivre aspire à prendre une place stratégique dans la transition numérique du bâtiment et à révolutionner les modèles de production du logement. Sensibles aux enjeux contemporains de la production architecturale de part l’expérience métier des co-fondateurs, nous veillons à être à l’écoute des décideurs pour collaborer et participer à la fabrication de quartiers plus vivants et contextuels. 

Qui sont vos concurrents?

En dehors du très low-tech habitat participatif consistant pour les groupes d’acquéreurs auto-constitutés à endosser eux-mêmes le rôle de promoteur, il n’existe pas aujourd’hui d’outil digital performant mettant en relation et accompagnant les acquéreurs pour projeter leur désirs d’espaces à vivre dans un achat immobilier.

Yvivre est aujourd’hui une initiative unique, une nouvelle forme urbaine et sociale qui vient en complément des traditionnelles offres portées par les opérateurs immobiliers privés ou sociaux. 

Grâce à notre modèle économique, totalement gratuit pour l’utilisateur, nous offrons un service simple, ludique et sécurisé à nos utilisateurs tout en garantissant les coûts et les délais de construction.

Qui est l’entrepreneur qui vous inspire?

Lisa Gachet, la fondatrice de Make My Lemonade (qui n’a pas grand chose à voir avec l’architecture) pour son parcours de self made woman : sa passion débordante, son courage et sa détermination bienveillante. Je suis admirative de sa capacité à jongler entre le business et la production créative dont le rendu est toujours plus beau. 

Une start-up à nous faire découvrir ?

Pour rester dans l’immobilier, je dirais InSitio : cette Startup s’attaque à libérer l’esprit des propriétaires-bailleurs qui gèrent eux-mêmes leurs biens en location. La gestion locative est une tâche chronophage et génératrice de stress que les bailleurs prennent en charge de façon souvent artisanale. Cette plateforme de gestion locative en ligne vient mettre de l’ordre dans tout cela en posant un cadre tout en automatisant les tâches administratives et comptables. 

Les données clés:

  • Fondateurs : Thomas Landemaine, Olivia Frapolli
  • Date de création : 2018
  • Levée de fonds : Aucune
  • Siège :  Nous sommes à Paris et Montpellier (où est domicilié le siège). Nous sommes accompagnés par le Business & Innovation Center de Montpellier. 

Tags
Plus d'infos

FrenchWeb

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer