ActualitéArts et CultureMediaServices

Rakuten va lancer son service de VoD Wuaki.tv dès septembre en France

Netflix, le service de vidéo en streaming, devrait être lancé officiellement en France le 15 septembre. Une arrivée qui inquiète les acteurs traditionnels de l’audiovisuel français au point que TF1, M6 et Canal+ avaient écrit à Aurélie Filippetti, alors ministre de la Culture, en février dernier pour lui faire part de leur inquiétude, notamment en matière de concurrence déloyale puisque Netflix opérera ses activités pour la France depuis le Luxembourg, où la fiscalité est plus faible, puis au Pays-Bas dès 2015.

1,5 million d’utilisateurs dans le monde

La bataille n’ayant encore pas commencé, voilà que Rakuten, le géant japonais des services Internet, annonce qu’il va lui aussi lancer sa propre offre de vidéo à la demande, Wuaki.tv, racheté en 2012, dès la fin septembre. Déjà présent en Espagne depuis 2010 et au Royaume-Uni depuis 2013, le service compte déjà 1,5 million d’utilisateurs dans le monde, contre plus de 50 millions pour Netflix. Dans l’hexagone, seuls 10 000 utilisateurs sur invitation pourront en bénéficier dans un premier temps, avant une ouverture plus importante.

A la différence de Netflix, Wuaki.tv ne commercialise pas d’offre sous forme d’abonnements, mais un service de vidéo à la demande avec des tarifs en dessous de la plupart des offres actuelles : 0,99 euros à la location, 9,99 euros à l’achat et 4,99  euros à la location pour les pack séries. Au-delà des films américains comme Dallas Buyers Club, le catalogue sera adapté et comprendra de nombreux opus français. Figureront notamment : De toutes nos forces, Les Trois Frères le retour, Les Garçons et Guillaume à table, Les tontons flingueurs, Les aventures de Rabbi Jacob, Le dîner de cons ou encore La Folie des Grandeurs précise-t-on.

Sur ce marché, Wuaki.tv devra affronter la concurrence de nombreux acteurs, dont plusieurs plates-formes lancés par des chaînes de télévision. On compte notamment CanalPlay VoD, MyTF1 VoD, ou encore AlloCiné VoD et Virgin Mega.

Une base de 20 millions d’utilisateurs en France

Pour s’imposer sur le marché tricolore, la société affirme qu’elle va se reposer sur la base d’utilisateurs de Rakuten en France qu’elle estime à 20 millions personnes, principalement grâce à PriceMinister que le conglomérat a racheté en 2010. Elle pourra aussi compter sur les moyens financiers de Rakuten. Ce dernier a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 3,8 milliards d’euros, en hausse de 29,5%, pour un bénéfice de 320 millions d’euros. Il s’était offert le service de messagerie Viber en février pour 900 millions de dollars.

Un contexte plus favorable aux opérateurs de vidéo à la demande pourrait s’ouvrir en France avec le récent remaniement ministériel. « Netflix n’est pas un OVNI par rapport à d’autres multinationales. C’est une situation qui ne doit pas se régler en vilipendant les sociétés qui font ce choix, puisque c’est un choix de rationalité économique » a cependant déclaré Fleur Pellerin, la nouvelle ministre de la Culture, ce matin sur France Inter, préférant parler du besoin d’ « harmoniser les conditions fiscales au niveau européen ». Un ton qui change par rapport à sa prédecesseure qui estimait que « Netflix ne doit pas être un passager clandestin ».

Crédit photo : Hiroshi Mikitani, le président de Rakuten, au ministère des Affaires étrangères. Frenchweb, tous droits réservés.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Rakuten va lancer son service de VoD Wuaki.tv dès septembre en France
Le rachat de Meilleurtaux par Silver Lake valide les axes de développement de la FinTech
Deepsense
Reconnaissance faciale: le Français Deepsense récolte 3 millions d’euros auprès de SEAF
L’Espagne mise 600 millions d’euros dans l’IA pour son plan de relance économique
Voi
Trottinettes électriques: face à Tier Mobility, Voi lève 160 millions de dollars auprès de Raine
Amazon
Amazon et Blackberry avancent leurs pions dans les voitures connectées
libra
Cryptomonnaie: l’association Libra se renomme Diem pour se distancier du projet initial