ActualitéBusinessTech

Régulation des contenus en ligne: la France veut aboutir en 2022

AFP

La France espère que l’Union européenne pourra adopter définitivement ses nouveaux textes sur la régulation numérique au premier semestre 2022, a indiqué mercredi le secrétaire d’État au numérique Cédric O sur BFM Business. Parvenir à un accord européen définitif sur les deux textes présentés mardi par la Commission européenne est « un objectif majeur de la présidence française de l’Union européenne » au premier semestre 2022, a indiqué Cédric O.

«Remettre de l’ordre dans le chaos»

« Dès le début de janvier, je vais commencer à prendre langue avec mes homologues européens » en vue de cet objectif, a-t-il ajouté. Le gouvernement français est « très content » des deux textes présentés mardi, car « ils correspondent vraiment à ce que la France a poussé. Maintenant il faut finir le travail », a-t-il dit. L’Union européenne a présenté mardi deux textes législatifs visant à « remettre de l’ordre dans le chaos » du monde numérique, selon la vice-présidente de la Commission en charge de la Concurrence, Margrethe Vestager.

Le texte « Digital services act » vise notamment à lutter contre la prolifération des contenus haineux et la désinformation en fixant des obligations aux grandes plateformes en matière de modération des contenus. Le deuxième texte (« Digital Markets Act ») imposera des contraintes spécifiques aux géants du numériques, ces acteurs dit « systémiques » comme les Gafam (Google, Apple, Microsoft, Amazon, Facebook) dont la toute puissance menace le libre jeu de la concurrence. Ceux-ci devront notamment notifier à la Commission tout projet d’acquisition en Europe.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Régulation des contenus en ligne: la France veut aboutir en 2022
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance