AcquisitionActualitéEuropeMarketing & Communication

Relations presse: PressKing rachetée par ePressPack

La société européenne de gestion des relations presse en ligne ePressPack s’agrandit. Elle vient de faire l’acquisition de la start-up française PressKing, positionnée sur le même métier. Le montant de la transaction n’est pas indiqué, malgré nos demandes.

PressKing avait été cofondé en novembre 2010 par Charles Mignot et Thibaud Elzière (Fotolia, Textmaster…). Le service qu’elle commercialise permet aux chargé(e)s de relations presse d’envoyer leurs communiqués à des journalistes et blogueurs ciblés à partir d’une base de 200 000 contacts à travers le monde. Elle compte MailJet (aussi fondé par Thibaud Elzière) parmi ses clients mais aussi Chatelles, KeeMotion. 60% de sa clientèle est américaine.

Quant à ePressPack, elle revendique une centaine de clients dont une quinzaine de sociétés du CAC 40, et a été créée en 2011. Son produit se greffe directement au site existant du client, et lui permet de générer une annonce intégrant des photos, vidéos, infographies, et de la diffuser auprès de sa cible à travers des emails interactifs. La société est soutenue par Oséo et dégage 35 % de son chiffre d’affaires à l’export, dans six pays d’Europe. L’objet du rachat de PressKing est de lui permettre de gagner des parts de marché aux Etats-Unis.

Lire aussi:

>> Marketing: pourquoi il faut cibler les influenceurs (et pas seulement les journalistes)

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Relations presse: PressKing rachetée par ePressPack
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués