ActualitéBusinessTransport

Renault-Nissan fait un pas de plus vers les nouveaux services de la mobilité

  • Renault-Nissan vient d'acquérir la start-up française Sylpheo pour se positionner sur les «programmes et services de mobilité».
     
  • Le duo franco-japonais prévoit de lancer une dizaine de véhicules dotés de la technologie autonome à l'horizon 2020.
     
  • Le groupe automobile a lancé une campagne de recrutement pour embaucher 300 experts spécialisés dans la technologie autonome.

 

Renault-Nissan vient de conclure l'acquisition de la start-up française Sylpheo, spécialisée dans le développement de logiciels. Avec ce rachat, l'alliance franco-japonaise fait un pas supplémentaire sur le marché de la voiture connectée. Il permet surtout au groupe d'accélérer le développement de ses programmes de véhicules connectés et de services de mobilité. Les modalités financières de l'opération n'ont pas été dévoilées. 

Le modèle de plateforme

Au-delà de la voiture autonome, Renault veut se positionner sur les «programmes et services de mobilité» pour concevoir une nouvelle offre de services. Des constructeurs se sont déjà orientés vers ce segment, à l'image de l'Allemand Daimler qui a racheté RideScout, un assistant de mobilité intégrant transports en commun, voiture et vélo, Car2Go, un service de partage de voiture, et MyTaxi, la réservation de taxi.

Pour les contructeurs, dans un contexte de fort recul des ventes de voitures neuves, l'avenir est à la diversification, vers les nouvelles applications mobiles, le cloud, et les nouveaux services autour du véhicule. Sylpheo repose sur les PaaS (platform-as-a-service) Salesforce, à savoir Force.com et Heroku.

Côté véhicule, Renault a dévoilé un prototype de véhicule autonome baptisé Next Two tandis que Nissan a l'intention de commercialiser des voitures semi-autonomes dès 2017 avec son modèle crossover Qashqai équipé de la technologie Piloted Drive. En octobre 2015, le constructeur japonais avait dévoilé IDS, un concept-car électrique et autonome au salon de Tokyo.

Le groupe prévoit de lancer une dizaine de véhicules dotés de la technologie autonome à l'horizon 2020.

Renault-Nissan face à PSA

En plus du rachat, 40 ingénieurs et consultants de Sylpheo s'apprêtent à rejoindre les effectifs du constructeur. En parallèle, le groupe automobile a lancé une campagne de recrutement pour embaucher 300 experts spécialisés dans la technologie autonome.

En lançant cette offensive, Renault-Nissan veut concurrencer PSA. Peugeot a annoncé que la future berline qui succèderait à la 508 à partir de 2018 serait équipée du pilotage automatique. Cette fonctionnalité sera en mesure de prendre le relais du conducteur dans les embouteillages. Citroën s'est également engagé sur le marché de la voiture intelligente en testant avec succès la C4 Picasso autonome sur les routes françaises et européennes. De plus, PSA a conclu un accord avec IBM en avril 2015 en vue de développer des voitures connectées.

Renault doit surtout ne pas prendre de retard face aux offensives des Américains (Uber avec Ford, Google en partenariat avec Fiat, General Motors avec le rachat de Cruise Automation), ou encore du Chinois Baidu qui, tous, en sont déjà à la phase de test ou d'expérimentation.

Lire aussi : 

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Renault-Nissan fait un pas de plus vers les nouveaux services de la mobilité
La startup Element AI lève 150 millions de dollars pour aider les entreprises à adopter l’intelligence artificielle
Vers la fin des contenus clickbait sur Google?
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
[DECODE] Comment Instagram a fait exploser ses revenus publicitaires
Les offres d’emploi de la semaine
Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux
Libra: « Nous n’avons pas vocation à jouer les pirates »
[Made in Bordeaux] Ça bouge dans l’écosystème!
Enquête aux Etats-Unis sur un système de freinage automatique de Nissan
Téléconsultation: la consolidation se poursuit avec le rapprochement des startups Medadom et Docadom