FrenchWeb BusinessLes émissions

Réseaux sociaux, réalité virtuelle… Comment Beaumanoir crée de l’engagement client en Chine

« Repérer les signaux faibles et décoder les tendances lourdes pour pénétrer le marché chinois mais aussi pour éviter de perdre davantage de terrain et de se ringardiser » est l’une des ambitions de l’événement China Connect qui s’est déroulé les 7 et 8 mars à Paris. Romain Millet, CEO Chine du groupe de prêt-à-porter français Beaumanoir (Cache Cache ou encore Bonobo), nous a plus particulièrement livré son regard sur le monde du prêt-à-porter local.

Changements démographiques, développement de la classe moyenne… le secteur du prêt-à-porter est dynamique en Chine. Arrivé dans le pays en 2005, Beaumanoir compte environ 1 000 magasins et une activité e-commerce. C’est notamment un de ses chevaux de bataille dans un pays où, côté digital, tout va particulièrement vite, plus vite. « Nous avons en moyenne 14 points de contact avec un client avant ou après qu’il ait effectué ses achats. En France, c’est 6», illustre Romain Millet.

Créer une émotion autour d’un produit

Réseaux sociaux, réalité virtuelle… Le but est de créer de l’engagement client mais aussi une « émotion » autour d’un produit. Pourtant, il ne s’agit pas forcément d’être dans la « disruption brutale que l’on peut par exemple trouver dans la Silicon Valley ». « Tout part du client », insiste Romain Millet. Il livre aussi ses conseils pour ce type de marché, notamment celui de « toujours avancer », le pire étant de ne pas décider.

Bouton retour en haut de la page
Réseaux sociaux, réalité virtuelle… Comment Beaumanoir crée de l’engagement client en Chine
SEM: les changements et tendances 2022 vus par datashake
Alban Sayag, COO de YouSign
[Build Up] YouSign accélère son développement produit avec l’acquisition de Canyon
Comment Bandsintown a su renouveler son modèle face à la crise?
[SEED] Figures lève 1,7 million d’euros pour développer son offre de benchmark salarial
La stratégie de MerciApp, outil de correction orthographique, pour conquérir les entreprises francophones
Benoît Raphaël (Flint): sa recette du succès dans un sauvetage in extremis de sa startup