ActualitéBusinessComMedia

Romain Achard (Demotivateur): «Qui dit Social First, ne dit pas Social Only»

Fondé en 2013 par Michal Sikora, son frère Pawel et Ari Cohen, Demotivateur s'est fait une place sur le marché très concurrentiel des médias de divertissement. Pour conquérir de nouvelles audiences, la marque s'est diversifiée vers la food, le lifestyle, la décoration… Sur Facebook, un an après son lancement, la page de Démotivateur Food comptabilise plus de 2 millions de fans. 

Au global, le site revendique «20 millions de visites par mois». Romain Achard, directeur de la régie de Demotivateur, détaille la stratégie face à l'émergence de nouveaux réseaux sociaux, tels que Snapchat et Instagram, les nouveaux ogres à contenus.

FrenchWeb: Comment Demotivateur compte-t-il s’inscrire à la tendance du 100% social media et 100% video?

romain-achard-demotivateurRomain Achard, directeur de la régie de Demotivateur: Pour être clair, nous ne comptons pas nous inscrire dans cette tendance, nous y sommes depuis déjà plus de 3 ans!

Demotivateur est depuis bien longtemps Social First. Les réseaux sociaux sont devenus un vrai moyen d’accès au contenu et nos communautés rassemblent aujourd’hui près de 5 millions de fans ultra engagés pour plus de 7 millions d’interactions sociales par mois. Ce sont de très gros chiffres.

Mais qui dit Social First, ne dit pas Social Only. Pour nous, les deux vont de pair. Le social est un formidable moyen de viraliser et de donner des idées, et le site permet de maximiser le temps passé et d’approfondir les sujets. 

Concernant la vidéo, nous avons été les premiers à nous lancer dans les vidéos food en France avec le succès que l’on connaît, et au total Demotivateur c’est déjà plus de 1,2 milliard de vidéos vues produites en interne pas nos équipes entre les recettes et les social reportages que nous avons lancé il y a deux mois.

REVOIR: Le reportage réalisé en février 2015 chez Demotivateur

Comment Demotivateur réplique-t-il au format Snapchat, Instagram etc.?

Lorsque nous investissons une plateforme, nous cherchons toujours à être le plus pertinent par rapport à notre cible et aux thématiques abordées. Sur Food, nous sommes déjà à près de 100.000 abonnés sur Instagram et plus de 5000 interactions par jour avec nos abonnés. Nous avons commencé à publier nos premières stories sur Instagram notamment avec Tabasco avec près de 50.000 vues par story.

Sur Food, notre communauté est plus féminine avec 2 millions de fans. Notre mission est vraiment d’inspirer nos fans et de leur donner des idées de recettes pas comme les autres. Et ça marche, nous sommes autour de 150 millions de vidéos vues sur le dernier trimestre.

Sur la News, Twitter est pour nous un bon levier pour interagir avec notre communauté avec nos 100.000 followers. Concernant Snapchat, nous y travaillons mais plutôt sur notre verticale Entertainment que nous préparons.

Comment exploitez-vous la data? 

La data est un pilier de la réussite de Demotivateur. Dès le lancement nous avons développé nos propres technologies mettant la data au cœur de notre rédaction.

  • La première technologie s’appelle Spotly et nous permet en analysant tous les jours des millions de données sociales d’identifier les tendances du moment
  • Le second outil, Testly, nous permet d’optimiser la diffusion et les performances de chaque contenu

 

Après, même si nous croyons en la data, c’est toujours l’humain qui aura le dernier mot éditorial et créatif.

Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez en interne?

Nous allons intensifier notre offre de contenus vidéos en la structurant autour de vrais rendez-vous, de vrais programmes et des lives nous permettant d’engager encore plus nos fans. Cela ira de concert avec le lancement de nouvelles verticales «inspirantes».

Côté éditorial, nous avons initié de beaux partenariats avec Houzz sur Atelier et Elle à Table autour du healhty sur Demotivateur Food. Enfin au niveau commercial, nous avons de réelles convictions sur la façon d’aborder la création et l’animation de communautés. Les marques ont un vrai besoin de contenus pour alimenter les conversations sur les réseaux sociaux. 

 

Lire aussi: Demotivateur, le média qui renverse les règles du jeu

[tabs]

[tab title= « La Semaine thématique média »]

[/tab]

[/tabs]

Tags

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This