ActualitéLes levées de fondsTech

Skycatch lève 13,2 millions de dollars pour ses drones autonomes

La firme américaine Skycatch vient de lever 13,2 millions de dollars (9,6 millions d’euros, ndlr), dont 3 millions proviennent d’une ancienne dette convertible, selon un document transmis à l’autorité des marchés américaine, la SEC. Selon le dossier, il est probable qu’Avalon Venture ait dominé ce tour de table. Nommé directeur, Richard Levandov, d’Avalon, fait d’ailleurs son entrée au conseil de l’entreprise. Ce dernier a d’ailleurs travaillé chez Phoenix Technologies et a également été l’un des vice-présidents d’American Online (AOL) au début du groupe.

skycatchBasée à San Francisco, Skycatch développe à la fois des drones autonomes et des logiciels embarqués pour l’obtention en temps réel des vidéos en haute définition depuis l’appareil. Se positionnant donc essentiellement sur un marché B2B (d’entreprise à entreprise, ndlr) – contrairement au Français Parrot dont les modèles sont davantage destinés au grand public – elle compte déjà parmi ses clients de grandes entreprises spécialisées dans les mines, l’énergie ou même la construction – comme Bechtel ou DPR – pour leur apporter des données sur l’état de leur chantier ou mener des opérations d’inspection.

L’innovation principale des modèles de Skycatch réside dans le caractère autonome de son drone grâce à sa caméra, son GPS et ses capteurs. En avril, la société avait déjà levé 3,2 millions d’euros auprès de Google Ventures.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Skycatch lève 13,2 millions de dollars pour ses drones autonomes
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer