ActualitéMarketing & Communication

SnapChat lève 50 millions de dollars

BREVE – Alors qu’il a récemment refusé plusieurs offres de rachat, dont une de 3 milliards de dollars émanant de Facebook,  le réseau social SnapChat vient de boucler une levée de fonds de 50 millions de dollars.

Si Evan Spiegel, le fondateur du service, a bien confirmé l’information, il a également précisé que l’investissement aurait été réalisée auprès d’un seul investisseur. Le magazine américain Forbes croît savoir qu’il s’agirait du fonds d’investissement Coatue Management.

L’opération porterait à 2 milliards de dollars la valorisation totale de l’entreprise et à 123 millions de dollars le total des montants levés depuis la création du réseau.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. frenchweb: SnapChat… SnapStupid !
    So, anyway. No Comment !
    #startup #entrepreneur #leweb #investor #numerique #socialnetwork #socialmedia

  2. Avoir refusé l’offre de #Facebook, on le comprend si on a une âme d’#entrepreneur. Avoir besoin d’encore 50MUSD est signe pour moi de fragilité, pas d’ambition. Qu’ont-ils prouvé jusque là?

  3. SnapChat dans quelques mois plus personne n’en parle.
    Ils ont une application de niche (en terme de cible, mais aussi de fonctionnalités) et pas le moindre business model, dès qu’ils voudront en extraire un centime, ses utilisateurs vont déserter.

Bouton retour en haut de la page
SnapChat lève 50 millions de dollars
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?