ActualitéBusinessTech

Sous la pression d’Elliot, SoftBank rachète pour plus de 4,2 milliards d’euros de titres 

AFP

Le géant japonais des investissements dans les nouvelles technologies, SoftBank Group, a annoncé vendredi son intention de racheter pour les annuler jusqu’à 7% de ses propres actions en circulation pour 500 milliards de yens maximum (plus de 4,2 milliards d’euros). Cette vaste opération, qui doit s’étaler sur un an à partir de lundi, est destinée à augmenter la valeur du titre en Bourse. Le groupe répond ainsi en partie à une doléance du fonds activiste américain Elliott, récemment entré à son capital.

Elliott avait cependant plaidé pour un rachat d’actions encore plus massif, de l’ordre de 10 à 20 milliards de dollars. Le moment semblait opportun pour SoftBank Group pour racheter ses propres actions à moindre frais, au vu de l’effondrement des Bourses mondiales face à la pandémie du coronavirus et de la réponse désordonnée des Etats, tant sur le plan sanitaire qu’économique.

Limiter la casse 

Cependant, dans l’immédiat, cette annonce soutenait à peine l’action SoftBank Group, qui dévissait comme le reste des valeurs de la Bourse de Tokyo: vers 01H15 GMT, le titre plongeait de 6,5% à 3.706 yens, tandis que l’indice vedette Nikkei lâchait 9,26% à 16.840,08 points. Les résultats de SoftBank ont été plombés ces derniers mois par de lourdes dépréciations liées à ses investissements dans WeWork et Uber notamment.

Le groupe a jusqu’à présent limité la casse grâce surtout à des bénéfices exceptionnels liés à sa participation au capital du géant chinois du commerce en ligne Alibaba. Elliott souhaite également que SoftBank Group réduise davantage sa part dans Alibaba afin d’augmenter ses bénéfices à court terme. En février, le PDG de SoftBank Group, Masayoshi Son, avait toutefois sèchement retoqué cette suggestion, alors qu’il s’était montré favorable à un rachat d’actions.

Bouton retour en haut de la page
SoftBank
Sous la pression d’Elliot, SoftBank rachète pour plus de 4,2 milliards d’euros de titres 
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom
6 questions pour comprendre l’organisation des élections du CSE
VTC : le Singapourien Grab entre à Wall Street, valorisé à près de 37 milliards de dollars
Chatbots : passons de l’intelligence artificielle à l’efficacité bien réelle
Qairn la startup qui veut simplifier le marketing dans les secteurs réglementés