ActualitéFinTechInvestissementsLes levées de fonds

Square joue la prudence sur sa valorisation pour son IPO

Coup de froid chez Square? L’entreprise américaine spécialisée dans les paiements mobiles a révélé, dans son document déposé à la SEC (securities and exchange commission, l’autorité américaine des marchés, ndlr), une fourchette de prix comprise entre 11 et 13 dollars par action pour son introduction en Bourse.

Avec plus de 31 millions d’actions émises, cela lui permettrait de lever, au mieux, plus de 403 millions d’euros. Mais, en cas de succès, la valorisation de l’entreprise avoisinerait les 4 milliards de dollars, soit moins que les 6 milliards atteint par l’entreprise lors de sa levée de fonds en octobre 2014.

77,6 millions de dollars de perte au premier semestre

Une valorisation plus basse pour convaincre les investisseurs ? Sur les six premiers mois de l’année, Square a réalisé 560 millions de dollars de chiffre d’affaires. Un chiffre en croissance de plus de 50% sur un an. Mais ses pertes ont atteint les 77,6 millions de dollars sur la période. Un résultat que la société explique en partie par un accord signé en 2012 avec la chaîne Starbuck et qui lui couterait cher. Celui-ci devrait prendre fin en 2016.

Fondée en 2009 par Jack Dorsey, l’un des cofondateurs de Twitter, Square commercialise un système de paiement sur mobile à destination des commerçants. Ces derniers branchent un petit lecteur de carte bancaire sur leur smartphone afin de pouvoir accepter des paiements.

Des concurrents de plus en plus agressifs

Square se rémunère alors en prélevant une commission de 2,75% (ou de 3,5% auquel s’ajoute un fixe de 0,15 dollar pour les transactions enregistrées manuellement). La start-up a depuis complété son offre de base avec une «Caisse Square» qui enregistre les ventes et proposé des tickets de caisse envoyés par e-mail. Celle-ci permet également aux marchands d’obtenir des statistiques sur leurs activités.

Mais la concurrence s’est intensifiée ces dernières années. Le géant du paiement en ligne PayPal a lancé à son tour un lecteur de carte, PayPal Here, peu ou prou similaire. Autre exemple, la start-up suédoise iZettle concurrence elle aussi Square. Au-delà d’un tour de table de 60 millions d’euros cet été, la start-up a même commencé à diversifier ses activités pour dégager de nouvelles sources de revenus. En plus de son système de paiement, elle proposera prochainement des crédits de trésorerie aux commerçants.

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This