ActualitéFinTechTech

Square réduit ses pertes mais n’est pas encore rentable

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici
  • Au troisième trimestre, l’entreprise spécialisée dans les paiements mobiles a généré 439 millions de dollars de revenus, alors que les analystes tablaient sur un chiffre d’affaires de 431 millions de dollars.
     
  • Square affiche une perte nette plus faible que prévue entre juillet et septembre, à 32 millions de dollars, contre 97 millions de dollars au premier trimestre 2016.
     
  • Ces pertes s’expliquent en partie par un accord signé en 2012 avec le géant du café Starbucks. Toutefois, celui-ci doit s'achever à la fin de cette année. 

 

La société Square, spécialisée dans les paiements mobiles, a dévoilé des résultats financiers meilleurs que prévus pour le troisième trimestre 2016. Entre juillet et septembre, l’entreprise californienne a généré 439 millions de dollars de revenus, alors que les analystes tablaient sur un chiffre d’affaires de 431 millions de dollars. Dans le même temps, le volume brut de paiements a augmenté de 39%, à 13,2 milliards de dollars.

La majorité des revenus de Square provient des transactions effectuées via ses lecteurs de cartes bancaires. Au cours du troisième trimestre, cette activité a permis à l’entreprise d’engranger 388 millions de dollars de revenus, soit 38% de plus par rapport à la même période l’an dernier. Toujours déficitaire, Square affiche cependant une perte nette plus faible que prévue entre juillet et septembre, à 32 millions de dollars. Au premier trimestre 2016, ce chiffre atteignait les 97 millions de dollars. Ces pertes s’expliquent en partie par un accord signé en 2012 avec le géant du café Starbucks. Toutefois, celui-ci doit s'achever à la fin de cette année. 

Des prévisions plus optimistes que prévues pour l’année en cours

Rassurée par ses résultats trimestriels, Square a revu à la hausse ses prévisions pour l’exercice fiscal 2016. La société américaine vise désormais entre 1,695 milliard et 1,70 milliard de dollars de revenus nets et un Ebitda ajusté compris entre 31 millions et 33 millions de dollars, contre 18 millions à 24 millions de dollars auparavant.

Fondée en 2009 par Jim McKelvey et Jack Dorsey, également à la tête de Twitter, Square a développé une solution permettant aux commerçants d’accepter des paiements par cartes bancaires par le biais d’un lecteur connecté à un smartphone. 

Sur le marché du paiement mobile, Square doit faire face au géant du secteur PayPal. La société dirigée par Dan Schulman a lancé le lecteur de cartes bancaires PayPal Here. Sur le même segment d’activité, la start-up suédoise iZettle a également conçu un dispositif similaire à celui de Square. En août 2015, cette dernière avait bouclé un tour de table de 60 millions d’euros. Outre son système de paiement mobile, iZettle propose des crédits de trésorerie à destination des commerçants.

Lire aussi : 

Bouton retour en haut de la page
Square réduit ses pertes mais n’est pas encore rentable
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
Facebook, Amazon, Uber, Twitter… Pourquoi la Tech américaine recrute moins qu’avant ?
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media