ActualitéTelecom

Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange

avec l'AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Qui succèdera à Stéphane Richard à la direction générale d’Orange ? Condamné dans l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais, le PDG de l’opérateur doit lâcher les commandes du groupe d’ici fin janvier et trois profils sont encore en lice avec, en pole position, Christel Heydemann.

Cette désignation doit intervenir dans le cadre d’une gouvernance dissociée avec la direction générale d’une part et la présidence de l’autre, fonctions que M. Richard cumulait.

Trois candidatures ont été retenues par le comité de sélection du géant français des télécoms pour diriger l’opérationnel: celle de son actuel directeur général délégué, Ramon Fernandez, celle du responsable des ventes de l’opérateur américain Verizon, Frank Boulben, et celle de la directrice générale Europe de Schneider Electric, Christel Heydemann.

Le départ de Stéphane Richard a été précipité par sa condamnation en novembre dans l’affaire de l’arbitrage dont avait bénéficié l’homme d’affaires Bernard Tapie, alors que son mandat courait jusqu’à mi-2022.

Un conseil d’administration sur la gouvernance avait été initialement programmé lundi 24 janvier, mais « il n’est pas certain qu’il se déroule à cette date », selon une source proche du dossier. « Ce qui est important, c’est qu’il y ait un conseil qui s’accorde sur le nouveau directeur général avant le 31 janvier », a ajouté cette source.

Christel Heydemann en pole position

Après avoir auditionné les trois candidats « aux profils intéressants », l’Etat, premier actionnaire du groupe avec plus de 20%, a déjà affiché publiquement son soutien à Christel Heydemann, en indiquant donner sa
préférence à la nomination d’une femme.

« À compétences égales, le ministre (de l’Économie, Bruno Le Maire, NDLR) souhaite que ce soit une femme qui reprenne la direction d’Orange », avait indiqué à l’AFP Bercy début janvier, précisant qu' »il y a un processus de recrutement et un conseil d’administration qui au final décide ».

« Le ministre souhaite que plus de femmes accèdent à des postes de gouvernance des grandes entreprises », avait encore indiqué le ministère, alors que seulement une femme dirige actuellement en France une entreprise du CAC 40, la directrice générale d’Engie, Catherine MacGregor.

A partir du 1er juillet, Estelle Brachlianoff deviendra pour sa part directrice générale de Veolia. Si la décision doit être prise par « le conseil d’administration dans son entièreté, à savoir les administrateurs indépendants, les administrateurs salariés et l’Etat », rappelle un cadre du groupe, le « consensus » autour de la
nomination de Christel Heydemann est « assez solide ». Seules quelques dernières « modalités techniques », comme la date de son arrivée effective, restaient à valider avant d’entériner la décision, selon
cette source.

Le Journal du Dimanche affirmait, ce dimanche, que « sauf imprévu » Christel Heydemann, 47 ans, serait nommée directrice générale lors du Conseil d’administration qui se tiendrait finalement vendredi. Sollicitée par l’AFP, Orange n’a pas souhaité faire de commentaire sur la nomination ni confirmer la date du Conseil.

Stéphane Richard restera t il à la tête d’Orange jusqu’à la fin de son mandat ? –

Si le choix pour la direction générale a lieu dans les temps, Stéphane Richard pourrait toutefois rester en place quelques semaines de plus comme président non exécutif, jusqu’à la fin de son mandat au printemps, dans
l’attente de la nomination d’un successeur, selon plusieurs sources internes.

« Rien n’est exclu », confirme un haut dirigeant du groupe, soulignant que « l’important est d’assurer la continuité de la direction de l’entreprise et que la transition se passe dans les meilleures conditions ».

À la tête de l’opérateur historique depuis 2011, Stéphane Richard a été reconnu à l’automne coupable de complicité de détournement de biens publics dans l’affaire de l’arbitrage controversé rendu en 2008 entre l’homme d’affaires Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais.

À l’époque, le dirigeant d’Orange était directeur de cabinet de la ministre de l’Économie d’alors, Christine Lagarde.

Bouton retour en haut de la page
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
TikTok mise sur les abonnements payants pour s’affranchir de la publicité
Pourquoi Klarna va supprimer 10% de ses effectifs dans le monde
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media