ActualitéInvestissementsLes levées de fondsRetail & eCommerce

Tango Card lève 4,1 millions de dollars pour son développement international

La startup américaine Tango Card vient de boucler un second tour de table de 4,1 millions de dollars (3,1 millions d’euros) auprès d’Allegro Ventures Partners, Floodgate et les investisseurs existants dont Innovation Endeavors, le fonds d’amorçage co-fondé par Eric Schmidt. Le total des fonds levés par la start-up s’élève à 6,9 millions de dollars (5,27 millions d’euros).

Basée à Seattle, Tango Card est un agrégateur de cartes-cadeaux visant un marché BtoB plutôt que BtoC. La start-up propose ainsi aux entreprises de faire bénéficier leurs salariés des avantages de cartes cadeaux à des conditions avantageuses. Tango Card réunit les différentes offres existantes sur un unique support. Les bénéficiaires peuvent alors profiter des avantages de l’offre (réduction, bon d’achat…) sans les désavantages (date d’expiration, condition d’utilisation…).

Tango Card travaille ainsi avec des partenaires comme Amazon, Nike ou iTunes et aurait une clientèle de près de 80 entreprises pour un nombre total d’utilisateurs de 600 000 personnes. En 2012, le chiffre d’affaires de l’entreprise a augmenté de 500%. David Leeds, fondateur et CEO de TAngo Card, estime le CA annuel potentiel du marché à « 50 milliards de dollars ». Les fonds levés devraient permettre à la sart-up américaine de développer son offre à l’international et d’enrichir son service.

Tango Card_FrenchWeb

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Tango Card lève 4,1 millions de dollars pour son développement international
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués