ActualitéTransport

Tesla et Panasonic pourraient faire front commun dans les batteries électriques

Le programme total serait de 1 milliard de dollars…

Alors que la récente rencontre entre Elon Musk et Apple a fait beaucoup de bruit – pour finalement écarter toute idée d’acquisition, selon les déclarations du fondateur dans une interview accordée à Bloomberg – Tesla pourrait s’allier avec Panasonic dans son projet de grande usine de fabrication de batteries électriques selon des sources proches du dossier évoquées par Reteurs. Le montant total du programme serait de 1 milliard d’euros.

L’ambition des deux entreprises serait de mutualiser les efforts afin de construire, dans une usine commune, des batteries à plus faibles coûts et diminuer ainsi le prix des voitures électriques, un frein encore important à leur adoption. Un analyste de Morgan Stanley, cité par le Wall Street Journal, précise que Tesla pourrait devenir le plus grand producteur de batteries Li-ion au monde ». Celles-ci seraient intégrées dans la troisième génération de véhicules prévue pour 2017.

Suite à ces informations, le cours de l’action Tesla a bondi de plus 13% dans la journée de mardi, atteignant le plus plus haut niveau de son histoire à près de 250 dollars. Dans le même temps, le titre Panasonic s’est envolé de plus de 7% ce mercredi.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Tesla et Panasonic pourraient faire front commun dans les batteries électriques
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
[Webinar] Accès aux services digitaux & identité digitale : comment répondre aux attentes de vos clients ?
CES: Drones désinfectants, masques intelligents… quelles sont les dernières innovations anti-Covid?
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Microsoft
Covid-19: Microsoft, Salesforce et Oracle travaillent sur un passeport de vaccination
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis