AcquisitionActualité

Webedia rachète Melberries, spécialiste de l’optimisation d’audiences vidéo

Des chaînes dédiées seront créées pour chaque site du groupe.

Webedia vient de s’offrir Melberries, une start-up française spécialisée dans la valorisation des contenus vidéos sur les plates-formes telles que YouTube ou Dailymotion. Celle-ci gère notamment les droits, la rémunération des artistes et des producteurs, la monétisation des productions ou encore leur promotion.

La filiale de Fimalac, spécialisée dans l’édition de sites d’information thématiques, souhaite profiter de ce rachat pour créer des chaînes dédiées à ses magazines en ligne (purepeople, puremedias, purebreak, Allociné ou 750g…).

« Les plateformes de contenus vidéo sur internet sont devenues aujourd’hui des univers digitaux complets sur lesquels les internautes viennent chercher de l’information et du divertissement. Nous souhaitons décliner notre offre, notre savoir-faire éditorial et notre capacité à valoriser et monétiser les contenus, acquis et éprouvés au travers de nos différents sites thématiques ces quatre dernières années, dans le domaine de la vidéo » explique Guillaume Multrier, directeur général de Webedia. « Ce rapprochement nous permet de développer des synergies en particulier au niveau de la monétisation des contenus vidéos et de devenir ainsi le seul MCN français disposant de sa régie publicitaire intégrée » expliquent Fabien Gerbault et Claire Lagarde, les deux cofondateurs de Melberries.

2 commentaires

Bouton retour en haut de la page
Webedia rachète Melberries, spécialiste de l’optimisation d’audiences vidéo
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs